Épargnez stratégiquement : le calcul crucial de votre économie mensuelle selon votre revenu !

0
107

En période de crise, il est crucial de constituer une réserve financière pour faire face aux imprévus ou concrétiser les projets qui vous tiennent à cœur.

Ces derniers mois, les Français ont vu leur pouvoir d’achat baisser en raison d’une crise énergétique et d’une inflation record, entraînant une hausse des prix dans tous les secteurs. Les ménages modestes ont particulièrement du mal à boucler leurs fins de mois. Cependant, une lueur d’espoir apparaît : les taux d’intérêt de plusieurs livrets d’épargne ont récemment augmenté, offrant ainsi une opportunité aux ménages de commencer à constituer une épargne pour soulager leurs finances.

Lire aussi :

  1. Inflation à l’assaut : protégez-vous avec des contrats d’épargne !
  2. Plan d’épargne entreprise : un allié financier ou un piège ? Décryptage des avantages et des inconvénients

Épargner : une réponse efficace face à l’inflation

Comment résumer le contexte inflationniste en un mot ? Le principe est simple : si vous pouviez remplir un caddie avec 200 euros il y a un an, aujourd’hui, cette somme ne vous permet plus d’acheter les mêmes quantités. En quelques mois, la valeur de votre argent a baissé… et votre pouvoir d’achat avec. Dans ce contexte, garder des fonds sur votre compte courant équivaut à une perte de revenu. La solution ? L’épargne !

En effet, le gouvernement, avec l’accord de la Banque de France, a récemment relevé les taux d’intérêt applicables sur plusieurs placements sans risque.

Le taux du livret A atteint désormais 3 %. Celui du LDDS prend le même chemin, à 3 % également. Pour les ménages les plus modestes, le Livret d’épargne populaire (LEP), le taux d’intérêt s’élève à 6,1 %.

Mais combien doit-on mettre de côté chaque mois ? Tout dépend du niveau de vos revenus.

Explosion financière : révélations sur les plafonds de revenus pour accéder au livret d’épargne populaire !

Le pourcentage de vos revenus à mettre de côté

L’INSEE vient de divulguer un chiffre crucial concernant l’épargne des Français. En moyenne, au cours de l’année 2021, les citoyens français ont consacré 18,7 % de leur revenu brut à l’épargne. Ces chiffres connaissent une baisse par rapport à ceux de l’année 2020, où le taux d’épargne dépassait les 20 %. Néanmoins, cet indicateur reste à un niveau honorable. Selon certains experts, cette propension à économiser davantage peut s’expliquer par les périodes de confinement que nous avons traversées.

En se basant sur ce taux moyen d’épargne de 18,7 %, on peut estimer approximativement les montants à mettre de côté chaque mois. Voici les sommes que vous devriez économiser mensuellement :

  • Si vos revenus annuels s’élèvent à 16 000 euros, vous devriez épargner 249 euros chaque mois.
  • Pour un revenu annuel de 30 000 euros, l’épargne mensuelle recommandée est de 467 euros.
  • Avec un salaire annuel de 40 000 euros, il est conseillé de placer 623 euros par mois sur votre livret d’épargne.
  • Pour un revenu annuel de 50 000 euros, cette part d’épargne grimpe à 779 euros par mois.
  • Si vous gagnez environ 80 000 euros par an, 18,7 % équivaut à 1264 euros épargnés chaque mois.
  • Enfin, pour un revenu annuel de 100 000 euros net, cela signifie une épargne de 1 558 euros par mois.

Les difficultés ou facilités à épagner selon les revenus

Cependant, la capacité à économiser peut être compliquée en fonction de la composition de votre foyer et de vos diverses charges. En effet, les familles ayant des enfants à charge peuvent avoir du mal à mettre de l’argent de côté, surtout avec les hausses des prix qui touchent tout le monde en ce moment.

De plus, la plupart des économistes soulignent que le taux d’épargne augmente à mesure que les revenus augmentent. En d’autres termes, si vous gagnez un salaire minimum, il est compréhensible que la totalité de votre revenu soit absorbée par le loyer, les courses et les factures. En revanche, si vous gagnez 5 000 euros par mois en vivant seul, vous pourriez aisément mettre de l’argent de côté sans ressentir de privations. C’est un phénomène que l’INSEE résume d’ailleurs en ces termes : “Les taux d’épargne progressent avec le revenu. Les ménages les plus modestes consacrent une part plus importante de leurs dépenses à des consommations contraintes.”