AccueilÀ la UnePrime de pénibilité : qui peut toucher cette prime et comment réussir...

Prime de pénibilité : qui peut toucher cette prime et comment réussir à l’obtenir pour gagner plus ?

Date:

Partager:

La prime de pénibilité est une allocation associée aux conditions de travail. Ci-dessous, vous trouverez les critères permettant d’y être éligible, ainsi que les modalités de distribution.

La prime de pénibilité est une allocation financière spécifiquement attribuée aux salariés travaillant dans des milieux professionnels qui peuvent compromettre leur santé. En France, c’est le Code du travail qui établit les critères précis de ce qui est considéré comme pénible. Découvrez en détail les différents critères d’éligibilité ainsi que les modalités précises de versement de cette prime.

Lire aussi :

  1. Prime « coup de pouce chauffage » : quelle est cette aide et comment l’obtenir ?
  2. Coup de pouce exonéré : la prime de partage de la valeur booste les salariés !

Prime de pénibilité : quels sont les métiers concernés ?

Le Code du travail français identifie comme “pénible” tout travail exposant les salariés à des risques ayant un impact sur leur santé, qu’il soit temporaire ou durable. Depuis le 1er janvier 2018, le gouvernement a établi six critères de pénibilité, notamment le travail dans des conditions de températures extrêmes, en milieu hyperbare, en équipes successives alternantes, impliquant des mouvements répétitifs à une cadence contraignante, dans un environnement bruyant ou de nuit.

Toutefois, ces critères ne suffisent pas seuls à déterminer la pénibilité, puisqu’elle dépend également de la durée et de la fréquence de l’exposition. Par exemple, pour le travail de nuit, la prime de pénibilité est généralement octroyée aux travailleurs exerçant exclusivement la nuit, avec une fréquence dépassant souvent 100 nuits par an. Selon l’Observatoire des inégalités, environ 10 millions de salariés en France sont concernés par le travail pénible, exerçant des professions à risque pendant plus de 20 heures par semaine.

La plupart de ces métiers sont de nature manuelle, incluant des professions telles que :

  • les agriculteurs,
  • les aides-soignants en gériatrie,
  • les bagagistes en zone aéroportuaire,
  • les démineurs,
  • les manutentionnaires,
  • les ouvriers dans divers secteurs comme la chambre froide,
  • les turbines, le bâtiment,
  • les usines chimiques,
  • les pêcheurs en haute mer,
  • les plongeurs.

Prime de 3 000 euros pour les jeunes de 15 à 25 ans : info ou intox ?

Prime de pénibilité : les droits octroyés au salarié

Lorsqu’un poste de travail est officiellement qualifié de pénible, l’employeur se voit investi de plusieurs obligations légales, principalement axées sur la garantie de la sécurité et du bien-être des travailleurs.

Parallèlement, le salarié bénéficie de divers droits, notamment celui à une compensation financière sous forme de prime de pénibilité, ainsi que l’accès à des opportunités de formation continue et des programmes de reconversion professionnelle.

En outre, cette prime, qu’elle soit versée en espèces ou sous une autre forme, doit être clairement spécifiée sur la fiche de paie, conformément aux dispositions légales, et les modalités de son attribution doivent être explicitement définies dans le contrat de travail.

Les conditions à remplir pour obtenir la prime de pénibilité

Pour être admissible à la prime de pénibilité, plusieurs critères doivent être remplis. Tout d’abord, le travailleur doit être affilié à la sécurité sociale. Ensuite, il doit être exposé à au moins un facteur de risque dépassant un seuil prédéfini. De plus, le contrat de travail doit être en cours depuis plus de quatre semaines.

Une fois ces conditions remplies, l’employeur doit déclarer les facteurs de pénibilité aux caisses de retraite via une déclaration sociale nominative (DSN), établissant ainsi un compte professionnel de prévention (C2P) pour le salarié, lui permettant de cumuler des points pour une éventuelle retraite anticipée.

En ce qui concerne le versement de la prime de pénibilité, elle doit résulter d’un accord collectif ou d’une convention signée par la branche ou l’entreprise. Son attribution ne doit pas être systématique et varie d’une entreprise à l’autre, conformément aux modalités établies par chaque entité.

Caroline
Caroline
À 30 ans, je jongle entre ma carrière professionnelle et ma passion dévorante pour l'actualité et les sujets qui nous font vibrer. Des nouvelles brûlantes aux tendances les plus incontournables, je décrypte tout avec ma touche personnelle. Un café à la main et avec mon clavier comme meilleur allié, je m'efforce de vous offrir un contenu varié et authentique chaque jour !

Articles connexes

Vous pourriez être éligible à la prime d’activité : découvrez si vous êtes en dessous du seuil !

La prime d'activité est une aide financière destinée à soutenir les travailleurs aux revenus mensuels modestes. Vous pourriez...

Transavia lance une nouvelle destination de rêve au départ d’Orly : découvrez où !

Transavia élargit son réseau avec une nouvelle destination de rêve au départ d'Orly : êtes-vous prêt à découvrir...

Prix des pellets : baisse incroyable du tarif cette semaine, une chance pour les consommateurs !

Cette semaine, une nouvelle favorable attend les consommateurs : une baisse incroyable du prix des pellets, offrant une...

Frais bancaires de retrait aux guichets : comment les éviter alors qu’ils sont sur le point d’augmenter ?

Face à la prochaine augmentation des frais bancaires de retrait aux guichets, il est crucial de connaître les...