AccueilÀ la UneTaxe foncière : nouvelle augmentation de cet impôt en 2024, les propriétaires...

Taxe foncière : nouvelle augmentation de cet impôt en 2024, les propriétaires sous le choc

Date:

Les propriétaires français sont tenus de s’acquitter de la taxe foncière et redoutent une nouvelle hausse de cet impôt, similaire à celle observée en 2023.

Les propriétaires français sont confrontés à une situation fiscale devenue malheureusement familière : l’augmentation annuelle de la taxe foncière. L’an dernier, cette augmentation a atteint des sommets, avec une moyenne de 7,1 %, représentant la plus forte hausse en 40 ans. Dans ce contexte, les propriétaires redoutent une nouvelle augmentation substantielle. La question qui se pose désormais est de savoir si cette hausse sera encore plus marquée qu’en 2024 ou si elle sera, selon leurs espoirs, plus modérée.

Lire aussi :

  1. Vous ratez 1 571€ d’aide ? 50% des retraités dans le même cas : voici comment l’obtenir !
  2. Retraite : augmentation des pensions de 100 euros, qui aura la chance d’en bénéficier ?

En 2024, la taxe foncière connaît une nouvelle augmentation

Il est devenu presque une tradition pour les propriétaires français de redouter chaque année l’arrivée de la taxe foncière, un impôt dont la tendance à la hausse est devenue un motif d’inquiétude récurrent. Cette année ne fait pas exception, avec une augmentation notable des valeurs locatives cadastrales, servant de base au calcul de cet impôt, de l’ordre de 3,9 %. Bien que cette hausse soit moins marquée que celle observée précédemment, elle suscite toujours des préoccupations chez de nombreux contribuables.

Cependant, cette augmentation initiale n’est que la partie visible de l’iceberg. En effet, les taux municipaux, décidés par chaque commune, viendront s’ajouter à cette charge fiscale. Cette combinaison de facteurs peut parfois entraîner des hausses importantes de la taxe foncière, ajoutant ainsi à l’anxiété des propriétaires concernés.

L’année précédente a vu certaines grandes villes comme Paris augmenter leurs taux de manière significative, un exemple illustrant une tendance observée dans plusieurs régions du pays. Dans l’ensemble, environ 14 % des communes ont également choisi d’augmenter leur part de cet impôt, avec des hausses notables telles que +25 % à Grenoble ou +13 % à Brest. Cette réalité souligne les préoccupations croissantes des propriétaires français quant à l’impact financier de la taxe foncière sur leur budget.

Frais bancaires 2024 : découvrez la banque la plus avantageuse pour les retraités !

Les premières tendances pour 2024

Alors que nous entamons l’année 2024, les premières tendances en matière de taxes foncières se dessinent, et il semble que de nombreux gouvernements locaux envisagent d’augmenter leurs taux. Cette initiative devrait se traduire par une charge fiscale accrue pour de nombreux propriétaires.

Par exemple, à Sceaux dans les Hauts-de-Seine, le maire prévoit une augmentation d’environ 6 % du taux communal, en plus de la revalorisation des valeurs locatives. De même, à Vezin-le-Coquet en Ille-et-Vilaine, une augmentation de 2 % du taux communal est également programmée.

Ces augmentations auront un impact financier significatif pour de nombreux propriétaires dans certaines régions. Par exemple, la métropole du Grand Nancy a déjà voté une revalorisation qui devrait se traduire par une hausse moyenne de la taxe foncière comprise entre 50 et 55 €. À Meaux en Seine-et-Marne, une augmentation du taux communal de 4 points, la première depuis 1995, entraînera une hausse moyenne de 69 € pour les propriétaires.

Pourquoi les communes décident-elles d’augmenter les taux de taxe foncière ?

Face à ces évolutions, de nombreux résidents français attendent avec une certaine appréhension la décision finale de leur municipalité. Il convient de noter qu’entre 2012 et 2022, la taxe foncière a enregistré une augmentation de 26,3 % en France, soulignant ainsi son poids croissant en tant que charge fiscale pour les propriétaires immobiliers.

Mais qu’est-ce qui motive les municipalités à augmenter ces taux ? La réponse réside dans l’abolition de la taxe d’habitation pour les résidences principales, décidée par le gouvernement. Ainsi, les municipalités doivent trouver des sources de financement alternatives, ce qui les conduit à relever les taux de la taxe foncière. Cette taxe revêt désormais une importance bien plus grande dans leur budget.

Pour atténuer l’impact de cette hausse, les propriétaires ont la possibilité d’opter pour un échelonnement des paiements. Plutôt que de régler la totalité en une seule fois, ils peuvent choisir de verser une partie chaque mois.

 

 

Caroline
Caroline
À 30 ans, je jongle entre ma carrière professionnelle et ma passion dévorante pour l'actualité et les sujets qui nous font vibrer. Des nouvelles brûlantes aux tendances les plus incontournables, je décrypte tout avec ma touche personnelle. Un café à la main et avec mon clavier comme meilleur allié, je m'efforce de vous offrir un contenu varié et authentique chaque jour !

Articles connexes

L’UE dit stop : plus aucun frais sur vos virements instantanés !

Le paysage des services bancaires en Europe est sur le point de connaître une transformation significative grâce à...

Multiprises obsolètes ? Voici la nouvelle innovation (et ça change tout !)

L'avènement d'une nouvelle ère dans le monde de l'électroménager et des accessoires électroniques est à nos portes, annonçant...

Recevez l’AAH : découvrez le montant auquel vous avez droit (facilement !)

L'Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) est une aide financière destinée à soutenir les personnes en situation de handicap...

Le secret de l’arbre de Jade : comment le planter, l’arroser et l’entretenir sans efforts !

Il existe certaines merveilles de la nature, des créations botaniques qui sont des trésors verts, des joyaux qui...