Prix du gaz : excellente nouvelle pour les consommateurs, la hausse de juillet sera moins importante que prévue !

0
124

C’est une excellente nouvelle ! Contrairement aux prévisions annoncées pour juillet 2024, le prix du gaz ne connaîtra pas de forte hausse. Découvrez les raisons de ce changement inattendu.

Les utilisateurs du réseau gazier anticipent une augmentation significative en juillet 2024. Cependant, les réductions des coûts du gaz devraient compenser ces hausses, rendant l’impact sur les ménages moins douloureux. Toutes les explications détaillées sont fournies dans cet article.

Lire aussi :

  1. Boom financier en février : pensions à la hausse, gaz et immobilier en baisse, une pluie de bonnes nouvelles pour votre budget !
  2. Hausse des prix de l’électricité et du gaz en France : causes et perspectives pour l’avenir

Les consommateurs peuvent se réjouir de cette nouvelle encourageante

La hausse prévue du prix de l’utilisation du réseau gazier en juillet s’avère finalement moins importante que prévu. Selon les informations fournies par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), cette augmentation initialement estimée à 27,5 % en moyenne sera atténuée.

Cependant, malgré cette augmentation potentielle, allant de 5,5 % à 10,4 %, les consommateurs peuvent être rassurés par les récentes annonces de la CRE. En effet, la baisse continue du prix du gaz depuis la fin de l’année 2023 devrait compenser cette augmentation du tarif d’utilisation du réseau gazier.

Le ministère de l’Économie a également confirmé cette tendance en promettant que la facture des Français restera “stable”. Ainsi, il est probable que le prix du gaz ne connaisse pas d’augmentation significative le 1er juillet prochain, offrant ainsi un soulagement aux consommateurs.

Explosion du chèque énergie : un soulagement pour les ménages victimes d’injustice !

Le prix du gaz est en train de connaître une tendance à la baisse

Le prix repère du gaz, un indicateur crucial pour évaluer les tarifs appliqués aux ménages, devrait atteindre environ 120 euros par mégawattheure cet été, selon les estimations du régulateur. Cette valeur représente une baisse de 6 euros par rapport au mois de décembre 2023. De manière remarquable, elle se situe même en dessous du niveau du bouclier tarifaire instauré par le gouvernement à 125 euros pendant le pic de la crise énergétique, dans le but de protéger les foyers les plus vulnérables.

Les projections de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) sont considérées comme logiques par les experts. En effet, le prix repère du gaz, tout comme l’ancien tarif réglementé de vente, reflète les fluctuations à court terme des prix.

De manière générale, pendant la période estivale, où la consommation de gaz est naturellement moindre, les prix à court terme sont structurellement plus bas qu’en hiver. C’est ce que souligne Julien Teddé, fondateur du courtier Opéra Energie, mettant ainsi en lumière les mécanismes saisonniers qui influencent le marché du gaz.

Une autre raison qui explique cette baisse

En dehors de l’influence saisonnière habituelle, une autre raison fondamentale explique la baisse actuelle du prix du gaz. Entre septembre et décembre 2023, le prix repère a enregistré une augmentation d’environ 20 %, marquant une hausse significative. Cependant, en ce début d’année, cette référence a considérablement chuté, retrouvant même son niveau d’octobre 2023. Cette tendance baissière est principalement attribuée à une baisse de la demande, observée aussi bien à l’échelle européenne qu’au niveau national. En effet, la consommation de gaz a décliné de manière significative, atteignant jusqu’à 20 % en 2023.

Selon les analyses de Julien Teddé, cette diminution drastique de la demande est l’un des principaux moteurs de cette baisse des prix du gaz. La baisse de la demande a entraîné une réduction de l’offre, ce qui a naturellement provoqué une baisse des prix sur le marché.

Cette évolution contraste nettement avec la crise énergétique qui a marqué l’été 2022, lorsque le prix du gaz a grimpé en flèche pour atteindre près de 300 euros le mégawattheure (MWh), mettant à rude épreuve les finances des ménages et des entreprises. Ainsi, la situation actuelle offre un répit bienvenu aux consommateurs, qui peuvent bénéficier de tarifs plus stables et plus abordables pour leur approvisionnement en gaz.