AccueilÀ la UneNouvelle flambée de la taxe foncière en 2024 : coup dur pour...

Nouvelle flambée de la taxe foncière en 2024 : coup dur pour les contribuables !

Date:

En 2024, une nouvelle hausse de la taxe foncière est à prévoir, avec une augmentation redoutée d’au moins 3,9 %, suite à l’augmentation exceptionnelle de l’année 2023.

Propriétaires, soyez prêts : une nouvelle augmentation de la taxe foncière est à anticiper l’année prochaine. En raison de l’inflation enregistrée en France en 2023, il est prévu que cet impôt augmente d’au moins 3,9 %. Explorez tous les détails à ce sujet.

Le dispositif SCPI Pinel : ses avantages, ses inconvénients et son fonctionnement

Toutes les astuces pour vous occuper de votre déclaration d’impôts

Hausse de la taxe foncière

Une considérable augmentation de la taxe foncière est à redouter pour l’année 2024, comme l’indiquent les chiffres publiés par l’Insee ce vendredi 15 décembre concernant l’inflation. Les prévisions qui en découlent ne sont guère rassurantes, laissant présager des défis financiers pour les propriétaires de logement l’année prochaine.

Si ces indications se concrétisent, une hausse de la taxe foncière de l’ordre de 3,9 % est à anticiper. Cette augmentation est justifiée par l’indexation des valeurs locatives cadastrales sur l’indice des prix à la consommation harmonisé.

En considération de l’augmentation de 3,9 % relevée dans les statistiques du mois de novembre, il est prévu que la valeur locative subisse une hausse similaire. Cependant, il est important de souligner que la valeur locative a une incidence directe sur la taxe foncière. Par conséquent, si cette augmentation se confirme, la taxe foncière connaîtra également une hausse de 3,9 %.

Frédéric Zumbiehl, juriste de l’Union Nationale des Propriétaires Immobiliers, a éclairé cette dynamique en expliquant : « La taxe foncière dépend du taux voté par la commune et l’intercommunalité appliqué à une valeur locative », dans des propos rapportés par Actu.fr.

Prêt immobilier : tout comprendre sur cet investissement

Pourquoi une si grande augmentation ?

Dans les faits, les variations de la taxe foncière sont directement liées à la valeur locative. Ainsi, une hausse de 3,9 % de cette dernière se traduit également par une augmentation équivalente de la taxe foncière. Tout mouvement observé au niveau de la valeur locative impacte irrémédiablement cette imposition locale. Il convient de noter que cette augmentation de 3,9 % pourrait même être amplifiée.

En effet, si les municipalités optent pour une augmentation des taux, les propriétaires de logement seront confrontés à une taxe encore plus substantielle. Un exemple en a été fourni cette année, alors que malgré une augmentation de seulement 7,1 % des valeurs locatives, certaines villes ont fait grimper leur taxe foncière de 9,3 %.

Frédéric Zumbiehl a explicité que les décisions concernant la taxe foncière sont prises au niveau communal, ajoutant que cette imposition peut être perçue comme une sorte de jeu de hasard, où les paramètres et les choix opérés au niveau local jouent un rôle prédominant.

Comment éviter la hausse : la solution

Malgré les perspectives peu réjouissantes, les propriétaires de logement peuvent toutefois nourrir l’espoir d’une éventuelle diminution de la taxe foncière l’année prochaine. En effet, une solution viable consiste à orienter cette baisse en agissant sur le taux de la taxe foncière.

Dans le cas où une commune souhaite éviter d’appliquer une augmentation de 3,9 %, elle peut opter pour une diminution de son taux. Toutefois, les effets de cette démarche ne seront visibles que si le taux est effectivement réduit proportionnellement à la hausse, soit de 3,9 %.

Il est important de souligner que si la commune n’ajuste pas suffisamment son taux à la baisse, l’augmentation de la taxe foncière persiste en réalité. Il est malheureusement peu probable que les communes choisissent fréquemment de réduire leur taux, ce qui soulève la question des raisons sous-jacentes à cette réticence.

Ils sont déjà fortement occupés avec l’abolition de la taxe d’habitation sur les résidences principales. Par conséquent, même si l’augmentation de 3,9 % constitue une difficulté pour de nombreux propriétaires, peu de communes seront enclines à réduire leur taux.

En effet, une telle mesure aurait un impact trop significatif sur leurs finances, déjà durement éprouvées au cours des derniers mois.

Caroline
Caroline
À 30 ans, je jongle entre ma carrière professionnelle et ma passion dévorante pour l'actualité et les sujets qui nous font vibrer. Des nouvelles brûlantes aux tendances les plus incontournables, je décrypte tout avec ma touche personnelle. Un café à la main et avec mon clavier comme meilleur allié, je m'efforce de vous offrir un contenu varié et authentique chaque jour !

Articles connexes

Pourquoi choisir Hiscox pour son assurance professionnelle ?

Lire aussi : Assurance vie : augmentations exceptionnelles du rendement des fonds en euros enregistrées en 2023 Le...

Découvrez le PEA : Plan d’Epargne en Actions, pour investir dans les entreprises européennes

Démocratiser l'investissement et donner une chance aux particuliers d'être acteurs de l'économie européenne, voilà la mission du Plan d'Epargne...

En savoir plus sur le gaz naturel : le vrai du faux

Découvrez la vérité sur le gaz naturel : mythes et réalités Le gaz naturel déchaîne les passions et soulève...

La plante miracle pour un jardin sans efforts et une floraison luxuriante !

Découvrez la plante qui révolutionnera votre jardin avec sa beauté sans effort et une floraison éblouissante ! Imaginez un...