AccueilÀ la UneVous plantez vos concombres trop tard ? Voici quand et comment le...

Vous plantez vos concombres trop tard ? Voici quand et comment le faire (la différence est énorme)

Date:

Le concombre, Cucumis sativus, figure parmi les incontournables du potager estival, apprécié pour sa fraîcheur et son faible apport calorique.

Au-delà de l’achat habituel de plants prêts à être plantés, s’engager dans la culture de concombres depuis le semis permet non seulement de réaliser des économies mais aussi d’échanger des plants superflus avec d’autres jardiniers, enrichissant ainsi la variété de son jardin. Cette initiative peut s’avérer particulièrement intéressante, notamment pour se prémunir contre les petits ravageurs nocturnes tels que les limaces, qui raffolent des jeunes pousses de concombre. Il est essentiel de noter que concombre et cornichon partagent la même espèce, se démarquant uniquement par leurs tailles et usages culinaires. Leur culture suit donc un calendrier et des techniques similaires, offrant une flexibilité appréciable pour les jardiniers souhaitant varier leurs récoltes.

Lire aussi :

  1. 7 fleurs incroyables pour transformer votre jardin ce printemps, leur parfum est magique !
  2. Découvrez 6 fleurs à planter sans efforts en avril pour un superbe jardin coloré et parfumé !

La période idéale pour semer et planter

Les concombres, appartenant à la famille des cucurbitacées, exigent certaines conditions climatiques pour un développement optimal. Ils prospèrent dans un sol bien réchauffé, la température idéale du sol devant être d’au moins 12°C, avec une préférence pour les environnements où l’air atteint les 16°C. La culture de concombres se heurte à des difficultés en cas de baisse des températures en dessous de 10°C, le gel étant particulièrement néfaste.

Les semailles se pratiquent généralement à partir de début mars jusqu’à fin avril sous abri, profitant d’une température contrôlée d’environ 18-20°C. Pour les semis directs en pleine terre, ils sont envisagés fin avril dans les régions méridionales et près du littoral atlantique, et pas avant mi-mai dans les zones plus froides pour éviter les risques de gelées. Adopter cette méthodologie permet d’obtenir des plants robustes, ayant évité le stress du repiquage.

L’installation définitive des plants en pleine terre se déroule autour de la mi-mai, période postérieure aux saints de glace, diminuant ainsi les risques de gel. À ce stade, les plants doivent avoir atteint une hauteur d’environ une quinzaine de centimètres, avec 1 à 2 vraies feuilles, signalant le moment propice pour leur transplantation.

Retrouver la floraison de votre orchidée : voici l’ingrédient magique

Conseils techniques pour une plantation réussie

Originaire d’Inde, le concombre se plaît dans les environnements chauds et bénéficie d’un sol profond, riche, frais, et bien drainé. Le sol idéal est légèrement acide ou neutre, mais surtout, pas un sol calcaire, sec, et rocailleux. En termes de nutrition, le concombre est assez exigeant et s’épanouit dans un sol enrichi en compost bien décomposé.

Que ce soit en semis sous serre, châssis, couche chaude ou directement en pleine terre, la technique de plantation reste similaire : déposer 3 à 4 graines par godet ou trou à environ un centimètre de profondeur, recouvrir légèrement de terre fine et arroser. La levée se fait habituellement en une dizaine de jours. Suite à cela, seul le plant le plus vigoureux sera conservé dans chaque emplacement.

Le repiquage s’effectue dans un sol finement préparé, sans mottes ni pierres, chaque trou de plantation étant enrichi d’une portion de compost. Concernant l’agencement, un espacement de 60 cm entre les plants est recommandé, en veillant à maintenir un mètre entre les rangs, l’usage d’une disposition en quinconce étant une pratique courante pour optimiser l’espace.

Protéger vos concombres des nuisibles

Une attention particulière doit être portée aux limaces et aux escargots, friands des jeunes concombres. Ces gastéropodes apprécient l’humidité du sol, semblable au besoin hydrique des concombres, et se montrent donc particulièrement attirés par les plants en début de croissance. Une vigilance accrue est donc de mise durant ce stade, bien que les plants tendent à devenir moins attrayants pour ces nuisibles une fois plus matures.

La considération de bon voisinage au jardin, ou le principe du compagnonnage, s’avère cruciale pour le succès de vos cultures. Les concombres prospèrent lorsqu’ils sont plantés à proximité de laitues, d’ail, d’oignons, de tomates, d’épinards, ou de céleri, et éloignés des pommes de terre et d’autres cucurbitacées, afin d’éviter toute compétition malheureuse.

Il est également recommandé de procéder à une rotation des cultures tous les 3 à 4 ans, favorisant ainsi une meilleure gestion sanitaire et nutritionnelle des sols.

Obtention et gestion des semences de concombre

Une option intéressante pour les jardiniers expérimentés est la récolte de leurs propres graines pour les semis futurs. Toutefois, une attention particulière doit être portée à la sélection des fruits, car les concombres s’hybrident facilement, risquant de produire des descendances non conformes aux attentes. Il est conseillé de choisir un fruit issu d’un plant vigoureux, de récolter les graines lorsque le fruit est mûr, et de les faire sécher dans un lieu chaud, mais à l’ombre. Le stockage se fait idéalement dans un sachet en papier jusqu’au printemps suivant.

Les observations lunaires peuvent également influencer la réussite de vos plantations. Pour les semis, privilégiez une phase de lune montante, propice à la germination, tandis que la plantation ou le repiquage des plants se ferait de préférence en lune descendante, favorisant l’enracinement. Ces pratiques, bien qu’anciennes, continuent d’être adoptées par de nombreux jardiniers à travers le monde.

Si vos pratiques culturales sont correctement menées et que vos plants restent exempts de maladies et parasites, les premières récoltes devraient débuter 3 à 4 mois après les semis, promettant de belles récoltes pour agrémenter vos tables d’été. Une bonne gestion culturale, couplée à une vigilance constante face aux menaces, garantira ainsi le succès de cette culture appréciée de tous.

Caroline
Caroline
À 30 ans, je jongle entre ma carrière professionnelle et ma passion dévorante pour l'actualité et les sujets qui nous font vibrer. Des nouvelles brûlantes aux tendances les plus incontournables, je décrypte tout avec ma touche personnelle. Un café à la main et avec mon clavier comme meilleur allié, je m'efforce de vous offrir un contenu varié et authentique chaque jour !

Articles connexes

Pourquoi choisir Hiscox pour son assurance professionnelle ?

Lire aussi : Assurance vie : augmentations exceptionnelles du rendement des fonds en euros enregistrées en 2023 Le...

Découvrez le PEA : Plan d’Epargne en Actions, pour investir dans les entreprises européennes

Démocratiser l'investissement et donner une chance aux particuliers d'être acteurs de l'économie européenne, voilà la mission du Plan d'Epargne...

En savoir plus sur le gaz naturel : le vrai du faux

Découvrez la vérité sur le gaz naturel : mythes et réalités Le gaz naturel déchaîne les passions et soulève...

La plante miracle pour un jardin sans efforts et une floraison luxuriante !

Découvrez la plante qui révolutionnera votre jardin avec sa beauté sans effort et une floraison éblouissante ! Imaginez un...