Prison à vie pour Morsi dans « l’affaire d’espionnage au profit du Qatar »

Prison à vie pour Morsi dans « l’affaire d’espionnage au profit du Qatar »

La Cour de cassation a demandé au parquet d'inclure le directeur d'Al-Jazeera dans la liste des accusés et d’ouvrir une enquête.

 


 

L'ancien président égyptien Mohamed Morsi décède lors de son procès

Condoléances d'Erdogan suite au décès de Morsi

 Message de Cavusoglu suite au décès de Morsi, premier président égyptien démocratiquement élu

Mohamed Morsi, le premier président d'Égypte démocratiquement élu

Turquie: des prières de funérailles seront organisées pour Morsi, mardi

Égypte / Décès de Morsi: Amnesty International appelle à l'ouverture d'une enquête

Égypte: une commission médicale pour examiner le corps de Morsi avant son inhumation

Tunisie : Ennahdha rend hommage à Mohamed Morsi

Décès de Morsi: condoléances de l'Union internationale des Savants musulmans

Décès de Morsi : Erdogan pense qu'il s'agit d'une mort anormale

L'ONU appelle à une enquête indépendante sur la mort de Morsi

Égypte : Morsi inhumé dans la discrétion la plus totale

Décès de Morsi: le tribunal avait ignoré les alertes concernant son état de santé

Le septième ramadan de Mohammed Morsi en prison

 


 

 

La Cour de cassation égyptienne a confirmé samedi le troisième verdict contre Mohamed Morsi, le premier président civil démocratiquement élu en Égypte et la peine de mort contre trois personnes condamnées dans « l’affaire d’espionnage au profit du Qatar », ont déclaré aux médias des sources judiciaires égyptiennes.

« La Cour de cassation (la plus haute cour d'appel du pays), a accepté les appels des sept accusés présents et a réduit la peine contre Morsi de 40 ans de prison à 25 ans (perpétuité). La cour a également atténué de 40 ans de prison à 25 ans la peine d'Amine al-Sirfi, le secrétaire de Morsi », a ajouté la source.

Le Cour de cassation a décidé de «confirmer la peine de mort contre trois accusés, d'abolir leur peine de prison de 15 ans et de maintenir la peine de 25 ans (perpétuité) contre Ahmad Abdel Ati, le directeur du bureau de Morsi».

La peine de Khaled Hamdi, un journaliste égyptien, dans la même « affaire d’espionnage au profit du Qatar », qui s’est élevée, dans la cour de première instance, à une peine de prison de 15 ans et une amende de 10 mille dollars, a également été validée par la Cour de cassation.

Le tribunal a par ailleurs décidé d'accepter la demande du parquet de renvoyer les documents de l’affaire au Procureur général Nabil Sadek, afin qu’il engage les enquêtes nécessaires concernant le directeur d’Al-Jazeera. Celui-ci est accusé d’un nombre d’infractions et de crimes tels que l’espionnage au profit d’un pays étranger, l’atteinte aux intérêts nationaux, et la corruption.

Dans les documents de l’affaire, le directeur d’Al-Jazeera a été mentionné sous le nom de « Hamad bin Jassem ». Le nom a été repris par les médias locaux, bien qu’il soit le nom de l’ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar jusqu’en 2013. 

Ahmed Abdel Ati, directeur du bureau de Morsi avait souligné, en mars 2016, l’erreur commise par la justice et relayée par les médias, en précisant qu’il s’agissait de « Hamad bin Thamer » et non pas « Hamad bin Jassem ».

« Le verdict est définitif aujourd'hui et les condamnés à mort n'ont devant eux que deux sorts ; ou bien l’exécution de la sentence, ou bien la grâce présidentielle conformément à la loi. La Cour de cassation a également le droit d'inclure de nouveaux accusés dans l'affaire », a indiqué à Anadolu, sous couvert d’anonymat, une source judicaire informée.

Selon cette même source, la peine de prison à vie contre Morsi est motivée par sa direction des Frères musulmans et non pas par l’espionnage ou le vol de documents sensibles qui touchent à la sécurité nationale. 

Le 15 août 2016, sept accusés dans « l’affaire d’espionnage au profit du Qatar » avaient fait appel au verdict prononcé par la Cour criminelle du Caire deux mois plus tôt (le 18 juin 2016).

La Cour avait prononcé des peines capitales dans l'affaire qui avait été menée au tribunal en septembre 2014.

Onze personnes avaient été condamnées dont quatre par contumace. Il s'agit de journalistes de premier plan, ayant coopéré avec la chaîne qatarie Al-Jazeera, accusés d’intelligence avec un pays étranger et d’adhésion à des groupes interdits.

La Cour avait prononcé une peine de 40 ans de prison à l’encontre de Morsi et de son secrétaire Amine al-Sirfi.

Le Qatar avait alors condamné ces verdicts, les qualifiant de « contraires à la justice et la vérité ». A cette condamnation qatarie, le ministère égyptien des Affaires étrangères avait riposté le jour suivant en insistant sur « l’indépendance de la justice égyptienne ».


 

Hussein al-Qabbani, Sayed Fathi,  Mustafa Eid, Hafawa Rebhi

L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Afrique, Moyen-Orient, Qatar, Égypte, égypte diplomatie, relation egypte arabie saoudite, islam, al-sissi, Le Caire, mer rouge, sissi, conseil coopération golfe, freres musulmans, media, Afrique Est, Afrique Nord-Est, Afrique du Nord, Sayed Fathi, Qatar Diplomatie / Relations étrangères, islam politique, al jazeera, Media Qatar, media moyen orient, morsi, mohamed morsi, afrique moyen orient, moyen orient afrique, Afrique de l'Est, moyen orient morts, moyen orient diplomatie, religion moyen orient, islam moyen orient, Golfe Persique, islamisme, media monde arabe, Pays du Golfe, Qatar Égypte, Hussein al-Qabbani, Mustafa Eid, Hafawa Rebhi, espionnage

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]