La Russie demande au YPG/PKK de quitter la frontière turco-syrienne

Moscou appelle l'organisation terroriste YPG/PKK à remplir les conditions nécessaires à la mise en oeuvre de l'accord sur le nord de la Syrie

 

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a demandé au YPG/PKK de respecter leurs obligations en matière de retrait des armes et des troupes du nord de la Syrie.

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse tenue à Moscou, mardi, où le ministre russe a conseillé aux "Forces démocratiques syriennes" (FDS), un autre nom utilisé par l'organisation terroriste YPG/PKK, “de faire preuve de coopération totale” et de mettre en œuvre leur contribution dans l’accord entre la Russie et la Turquie sur le nord de la Syrie.

Lavrov a indiqué que peu après que Moscou et Ankara aient conclu un accord sur le nord de la Syrie, le YPG/PKK avait accepté de retirer leurs armes et leurs troupes à 30 kilomètres de la frontière turco-syrienne, mais avait “perdu l'enthousiasme” de coopérer lorsque les États-Unis ont annoncé leur intention de rester en Syrie “pour protéger les champs de pétrole”.

"Lorsque les États-Unis ont changé de position et ont annoncé qu'ils allaient quitter la Syrie, oubliant qu'il était nécessaire de protéger les gisements de pétrole, les leaders kurdes ont immédiatement perdu tout enthousiasme concernant la mise en œuvre de l'accord de Sotchi et ont recommencé à compter sur le patronage des États-Unis”, a ainsi expliqué Lavrov.

Il a averti qu'une telle position n'apporterait “rien de bon” et a conseillé au YPG/PKK “d'être cohérent et de ne pas tenter de se livrer à des activités suspectes sur fond d’opportunisme”.

L’armée turque avait lancé, le 9 octobre dernier, l’opération Source de Paix à l’est de l’Euphrate, dans le nord de la Syrie, afin de sécuriser la frontière turque en éradiquant la zone de la présence des terroriste du YPG et de Daech et établir une région sécurisée pour le retour des réfugiés syriens dans leur pays.

Un accord a été conclu, le 22 octobre, entre Ankara et Moscou, au terme duquel les terroristes devaient se retirer avec leurs armes de la zone de désescalade.

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

 

 

Elena Teslova, Özlem Kılıçarslan

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 

{google_mapQamishli_|zoom:5|width:100%|height:300|border:1|border_style:solid|border_color:#000000{/google_map}


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Russie, serguei lavrov, russie syrie, turquie syrie, pkk syrie, forces démocratiques syriennes, YPG, Est de l'Euphrate, Source de Paix, Les terroristes du YPG/PKK

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]