Syrie: Les YPG / PKK libèrent des détenus de Daech

Selon des témoignages de françaises de Daech recueillis par des médias français.


Les YPG/PKK libèrent les terroristes de Daech détenus dans leurs camps


Les factions de l'organisation terroriste YPG/PKK qui détiennent des terroristes de Daech et leurs proches dans des camps du nord-est syrien leur ont volontairement ouvert les portes pour leur permettre de s’enfuir, ont rapporté les médias français.

"Ils nous ont dit sortez, courez", a témoigné l’une des fugitives.

Selon les informations du journal Le Parisien, les YPG/PKK ont, en connaissance de cause, libéré des terroristes dont au moins 10 françaises de Daech et leurs 25 enfants, dimanche 13 octobre.

Toutes ces femmes sont sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour avoir rejoint les rangs de Daech et se trouvent actuellement dans la nature.
"Ils nous ont ouvert les portes, puis ils ont brûlé les tentes où on vivait", a affirmé l’une d’elles dans les colonnes du Parisien.

Une autre explique que "les civils pour le moment nous aident, la France ne veut pas nous rapatrier" et redoutent le fait que les YPG/PKK ne les "livrent au régime de Bachar al-Assad".

Pour rappel, l’opération Source de paix a été lancée par la Turquie il y a une semaine, au nord est de la Syrie, pour éradiquer le terrorisme dans la région.

Depuis, les factions terroristes YPG/PKK se livrent à une propagande de désinformation pour tenter de faire croire à l’opinion publique que la fuite d’éléments de Daech est dûe à l’action turque, alors que les témoignages recueillis attestent bien du fait que ce sont eux qui leur ouvrent volontairement les portes.

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

 

Kalin: Aucune menace ne pourra nous détourner de notre juste cause

Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a assuré qu'aucune menace ne pourra détourner la Turquie de ces objectifs dans le Nord de la Syrie, en référence à l'opération Source de Paix menée par l'armée turque dans le Nord de la Syrie afin de débarrasser cette région de la présence terroriste et d'y créer une zone de sécurité.

Kalin a animé, mercredi, une conférence de presse à l'issue du Conseil des ministres qui s'est déroulé au palais présidentiel à Ankara.

Au cours de cette conférence, Kalin a commenté les derniers développements en Syrie dans le cadre de l'opération Source de Paix.

"L'opération Source de Paix a permis de déjouer plusieurs pièges à la fois", a-t-il affirmé.

"A une période où tous les équilibres mondiaux changent, cette action de la Turquie pour ses intérêts en a surpris quelques uns"

"Nous accueillons 4 millions de Syriens chez nous, par ailleurs nous aidons près de 3 millions Syriens en Syrie, ce qui représente près de 7 millions de Syriens sous la protection de la Turquie, soit un tiers de de la population totale de ce pays. Y a-t-il un autre pays qui fait cela ?", a-t-il martelé.

"Les menaces de sanctions, les condamnations ne pourront pas nous détourner de notre cause juste."

"Là bas (en Syrie), ce n'est ni la Turquie ni l'opération Source de Paix qui modifient le tissu démographique. C'est le YPG/PYD qui modifie le tissu démographique."

Kalin a déclaré, à propos des développements à Manbij : "Il n'est pas acceptable que le PYD/YPG passe sous le contrôle d'une autre grande puissance et qu'on change le drapeau américain par celui de la Russie."

"Jusqu'à aujourd'hui, sous la protection et le drapeau des Américains, les organisations terroristes ont spolié et se sont déclarés maîtres de ces régions, mais dorénavant ils ne seront pas autant à leur aise. La Turquie est extrêmement décidée à ce sujet."

"Nous n'avons aucun contact officiel avec le régime d'al-Assad"

A propos d'éventuelles sanctions : "Actuellement, une remise en cause du statut de la base d'Incirlik n'est pas d'actualité", a-t-il précisé avant de poursuivre, "la République de Turquie ne laissera pas cela sans réponse"

 

 

Ayvaz Çolakoğlu, Fawzia Azzouz

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: France, daech, daech syrie, pkk syrie, YPG/PKK, YPG, Est de l'Euphrate, Source de Paix, pkk daech, Le Parisien

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]