Les prisonniers politiques saoudiens font face à de graves abus

Les prisonniers politiques saoudiens font face à de graves abus

Les prisonniers politiques sont atteints de malnutrition, de brûlures, de coupures et d'ecchymoses dans les prisons saoudiennes, selon un rapport médical divulgué.

 

 

Les prisonniers politiques en Arabie saoudite font face à de graves abus de la part des autorités pénitentiaires, selon un rapport médical divulgué dimanche au journal "The Guardian".

Le rapport divulgué a fourni des preuves documentées que les prisonniers politiques - hommes et femmes - souffrent de malnutrition ainsi que de coupures, de brûlures et de contusions en raison de graves abus physiques de la part des autorités.

Le rapport sur le bien-être des prisonniers a été préparé après que le roi saoudien Salman bin Abdulaziz a ordonné un examen interne.

Outre d'autres examens, le rapport recommandait un pardon potentiel pour tous les prisonniers ou la libération anticipée de ceux dont l'état de santé se détériorait.

Une perte de poids importante, des vomissements sanglants, des brûlures, des blessures à la poitrine et dans le bas du dos, des ecchymoses au dos, à l'abdomen et aux cuisses, et la malnutrition, sont quelques-uns des symptômes dont souffrent certains prisonniers, selon le rapport.

Le journal britannique a pu vérifier de manière indépendante l'exactitude du rapport et du contenu des examens qui ont eu lieu en janvier.

Human Rights Watch (HRW) a exhorté l'Arabie saoudite à «libérer immédiatement tous les militants des droits de l'homme emprisonnés et les dissidents pacifiques, et à inviter les observateurs internationaux à mener une enquête exhaustive et transparente sur leur traitement».

«Des détenus saoudiens, dont des militantes, ont affirmé que les autorités les avaient maltraités avec une cruauté indescriptible, notamment des décharges électriques, des coups de fouet et du harcèlement sexuel. De nouvelles révélations de rapports médicaux semblent confirmer ce qu'elles disent depuis des mois», a déclaré un représentant de l'organisation.

L’Arabie saoudite subit de plus en plus de pressions pour l'incarcération des prisonniers politiques et des militants. Ces derniers mois, la pression s’est considérablement accrue après que des militantes arrêtées ont été soumises à des coups de fouet et à des décharges électriques.

En outre, le Royaume est sous haute surveillance à la suite du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul en octobre dernier.

Le prince héritier Mohammed Bin Salman aurait ordonné l'assassinat du journaliste du "Washington Post" et, bien que l'État saoudien ait admis que Khashoggi avait été tué lors d'une "bagarre" avec des agents "voyous", il soutenait que la cour royale n'avait rien à voir avec cela.

Au cours de son enquête, des experts en droits de l'homme ont averti "The Guardian" d'éviter de contacter les proches des militants détenus car cela poserait de graves risques pour les membres de la famille vivant dans le royaume.

 

 

 

Muhammad Mussa, Gökçe Cansunar, Cansu Dikme, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Jamal Khashoggi, Affaire Khashoggi

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]