Rutte: L'OTAN ne peut se passer de la Turquie

Le premier-ministre néerlandais, Mark Rutte, a notamment affirmé que le retour des membres de Daech aux Pays-Bas est impossible.

 

Le premier-ministre néerlandais, Mark Rutte, a estimé que la l'OTAN ne peut pas se passer de la Turquie.

Rutte a répondu, mercredi soir, aux questions des députés lors d'une session organisée à l'Assemblée Nationale néerlandaise (Chambre des représentants) à propos de l'opération de l'Armée turque à l'Est de l'Euphrate, en Syrie.

L'opération militaire turque, baptisée "Source de Paix" et menée conjointement avec l'Armée Nationale Syrienne (ANS), a été lancée le 9 octobre contre les organisations terroristes YPG/PKK et Daech. Elle a pour objectif d'éliminer le corridor de terrorisme établi près des frontières sud de la Turquie et de rétablir la paix et le calme dans la région.

A cet effet, Rutte a exprimé son désaccord concernant les propos selon lesquels l'OTAN serait mieux sans la Turquie.

"Ceci affaiblira le flanc Est de l'OTAN. La Turquie en est l'un des membres les plus puissants. Je ne pense pas qu'elle pourra faire sans la Turquie d'un point de vue géopolitique et stratégique", a-t-il indiqué.

Pour Rutte, la présence de la Turquie au sein de l'OTAN permet d'entrer en dialogue avec ce pays.

Par ailleurs, le premier-ministre néerlandais a affirmé que le retour des membres de Daech aux Pays-Bas est impossible.

Il a cependant noté la nécessité d'élever les mesures de sécurité préventive pour diminuer au maximum le risque de potentielles attaques.

"Ce que vous devez faire est de vous entretenir de manière intensive avec les responsables de la sécurité. S'ils entrent dans le pays malgré tous, nous sommes prêts. Nous avons suffisamment de centre de détention et de lieux pour accueillir les enfants", a-t-il conclu.

 

Viktor Orban: La Turquie a le choix entre réinstaller les Syriens chez eux ou les envoyer en Europe

Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a déclaré que, concernant la situation des réfugiés syriens, la Turquie avait le choix entre les renvoyer dans leur pays, ou ouvrir ses frontières et les envoyer en Europe.

C’est ce qui ressort d’un entretien télévisé, qu’il a accordé à la chaine d’informations hongroise "HIR" et au cours duquel il a évoqué l’opération Source de Paix, lancée par la Turquie contre les terroristes dans la région de l’Est de l’Euphrate, en Syrie.

Il a ainsi indiqué que son gouvernement prenait en compte sa sécurité nationale dans l’évaluation de l’opération militaire, soulignant que le sujet revêt une grande importance pour son pays.

Orban a rappelé que plus de 3 millions de réfugiés syriens se trouvaient en territoire turc, prévoyant que la Turquie allait prendre une décision les concernant dans les semaines à venir.

"Deux choses peuvent arriver (concernant les réfugiés). Les autorités turques peuvent décider de les renvoyer chez eux, ou leur permettre de se diriger vers l’Europe. Si la Turquie tranche en faveur de la deuxième option, un déferlement de réfugiés va se retrouver à la frontière hongroise", a-t-il ajouté.

Et de poursuivre : "Nous appelons l’Union Européenne à financer la Turquie pour qu’elle puisse reconstruire des villes vers lesquelles les réfugiés syriens pourront rentrer, sinon, ils vont venir en Europe. La situation de la Hongrie est différente de celles des autres pays de l’UE, car ces pays ne sont pas sur la route de l’exode à travers les Balkans, ces pays-là sont en sécurité parce que nous les protégeons".

Le 9 octobre courant, l'Armée turque a lancé, conjointement avec l'Armée Nationale Syrienne (ANS), l'opération Source de Paix, à l'est de l'Euphrate, contre les organisations terroristes YPG/PKK et Daech, l'objectif étant d'anéantir le projet de corridor du terrorisme établi près des frontières sud de la Turquie et de rétablir la paix et la sérénité dans cette région syrienne occupée par les organisations terroristes.

 

 

Mohamed Yilmaz, Mourad Belhaj, Abdullah Aşıran, Ayşe Betül Gedikoğlu

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: otan, Turquie, Pays-Bas, turquie syrie, réfugiés syriens, Hongrie, otan turquie, otan syrie, pays-bas turquie, turquie pays-bas, hongrie turquie, turquie hongrie, retour réfugiés syriens, victor orban, Mark Rutte, Viktor Orban

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]