Turquie / Celik: Aucun accord verbal n'est fiable en Méditerranée orientale

Le porte-parole de l'AK Parti a noté que la crise en Méditerranée orientale sera terminée seulement si les droits de Chypre du Nord sont garantis par un accord et le droit

 

Aucun accord verbal n'est fiable en Méditerranée orientale, a déclaré le porte-parole du Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti) et ancien ministre chargé des Affaires européennes de la Turquie, Omer Celik.

Celik s'est exprimé au cours de la réunion du Conseil central de décision de son parti, présidée par le Président de la République, aussi chef du parti, Recep Tayyip Erdogan, jeudi à Ankara.

Le porte-parole a abordé la situation en Méditerranée orientale.

"Nous ne pouvons pas faire confiance à la partie chypriote grecque, a-t-il déclaré. Nous ne pouvons pas avoir une relation basée sur les paroles avec la partie chypriote grecque, ou, comme le dirait le ministre grec des Affaires étrangères, 'l'enfant gâté de la Méditerranée'. La crise sera terminée seulement si les droits de la République turque de Chypre du Nord (RTCN) sont garantis par un accord, par le droit."

Quant au nouveau gouvernement formé en résultat des élections législatives anticipées en Grèce, Celik a rappelé que le père du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, avait subi un coup d'État alors qu'il était lui-même Premier ministre.

"Nous attendons à ce que M. Mitsotakis déploie davantage d'efforts pour l'extradition des terroristes de FETO, responsables de la tentative de coup d'État du 15 juillet 2016 en Turquie, qui se trouvent actuellement en Grèce, étant donné qu'il sait, lui aussi, ce qu'est un coup d'État", a affirmé Celik.

Le porte-parole a aussi abordé la question des Balkans, notant que "la stabilité et la paix dans cette région préoccupe directement la Turquie".

Ainsi, il a critiqué le Commissaire européen à l'élargissement, Johannes Hahn, qui avait dit que "la Turquie, la Russie et la Chine sont les adversaires de l'Union européenne (UE) dans les Balkans".

"Il fait une déclaration comme un simple fonctionnaire du ministère autrichien des Affaires étrangères, et non un commissaire européen, a conclu Celik. Il abuse d'un poste important de l'UE pour exprimer les thèses de l'Autriche."

 

 

Muhammed Ali Toruntay, Selma Kasap, Nur Asena GÜLSOY

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: Turquie, turquie grèce, Chypre, ömer çelik, chypre négociations, gaz naturel chypre, Celik

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]