Syrie : la France joue les médiateurs pour le compte du YPG / PKK

La France a entrepris des démarches pour tenter de trouver un terrain d'entente entre le YPG/PKK et le Conseil national des Kurdes de Syrie (ENKS), considéré comme le représentant légitime des Kurdes de Syrie.

 

La France, qui maintient sa présence militaire dans les territoires occupés par l'organisation terroriste YPG/PKK et qui entretient des relations étroites avec elle, tente de jouer les médiateurs entre l'organisation terroriste et les opposants kurdes.

Selon les informations obtenues auprès du Conseil national des Kurdes de Syrie (CNKS), la France a entrepris des démarches pour tenter de trouver un terrain d'entente entre le YPG/PKK et lE CNKS, considéré comme le représentant légitime des Kurdes de Syrie.

Dans ce cadre, la France a organisé, il y a une dizaine de jours, une réunion avec des représentants du CNKS et leur a proposé de les "réconcilier" avec le YPG/PKK.

Par ailleurs, les français ont offert la possibilité au CNKS d'ouvrir une représentation sur les territoires occupés par le YPG/PKK.

Les membres du CNKS ont évalué l'offre de la France au cours d'une réunion à Kameshli et ont conclu qu'ils ne pouvaient pas faire confiance à l'organisation.

En outre, des sources locales ont indiqué que les Etats-Unis prévoient également de se réunir, dans un délai proche, sur le même sujet avec les responsables du CNKS.

L'organisation terroriste YPG/PKK se considère comme le représentant des Kurdes de Syrie et étouffe systématiquement toute opposition par la menace des armes sur les territoires qu'elle occupe dans le nord de la Syrie.

Par le passé, l'organisation terroriste a, à de nombreuses reprises, enlevé des membres du ENKS et incendié ou fermé les bureaux des partis politiques regroupés sous cette entité.

La France dispose d'une présence militaire dans 5 différents points en Syrie sur les territoires occupés par les terroristes du YPG/PKK, qu'elle ne reconnait pas officiellement. La France, qui soutient l'organisation terroriste YPG/PKK, a déployé environ 200 soldats sur le sol syrien.

Les activités militaires de la France, ainsi que celles des Etats-Unis, s'organisent autour de 5 axes en Syrie, le centre de Racca, la base aérienne d'Al-Thawrah, la base de formation et de coordination de la commune d'Aïn Issa et le gisement pétrolier d'Al-Omar.

La France utilise comme base une usine de sucre située dans le Nord de Racca, où sont installés le bâtiment du renseignement technique et les dépôts d'armes.

Des soldats français procèdent à la formation, sur la base d'Aïn Issa, des membres de l'organisation terroriste YPG/PKK.

Quant à la base aérienne d'Al-Thawrah, elle abrite des soldats français et américains.

Malgré l'éradication de Daech de la région du gisement pétrolier d'Al-Omar, les Etats-Unis et la France ne semblent pas vouloir quitter cette zone riche en énergies fossiles.

Les soldats français sont également présents à Manbij et dans sa périphérie. Lorsque la Turquie avait posé sur la table l'éventualité d'une intervention à Manbij, les forces françaises avaient, dans la foulée, démarré des patrouilles communes avec les terroristes du YPG/PKK dans cette ville.

 


 

 

Mohamad Misto, Levent Tok, Adham Kako, Ayvaz Çolakoğlu

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: États-Unis, France, YPG Europe, YPG/PKK, YPG, PYD-YPG, PYD/YPG/PKK, PKK/PYD/YPG, ENSK

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]