Grèce: des lycéens refusent l'entrée à un religieux musulman nommé par l'État

Grèce: des lycéens refusent l'entrée à un religieux musulman nommé par l'État


Des lycéens de la minorité turque à Komotini empêchent l'entrée dans leur lycée d'un moufti nommé par l'État grec.

 

Des étudiants d'un lycée appartenant à la minorité turque de Grèce ont empêché l'entrée d'un moufti (religieux musulman) nommé par la Grèce, en le qualifiant de personne «non désirée», selon les médias nationaux.

La région de Thrace occidentale en Grèce abrite une minorité musulmane turque d'environ 150 000 personnes.

La minorité a le droit d'élire ses propres mouftis conformément aux traités internationaux signés par la Grèce. Toutefois, l'État grec ne reconnaît plus ce droit aux Musulmans et nomme les mouftis elle-même.

Le journal Millet basé à Xanthi a rapporté que le moufti de Komotini nommé par l'État grec, Cihat Halil, avait tenté d'entrer mercredi à Medrese-i Hayriye, un lycée de la minorité turque, afin d'assister à la cérémonie d'ouverture de l'année scolaire 2019-2020.

Cependant, les étudiants ont construit une barrière humaine à l'entrée de l'école pour bloquer l'entrée de Halil.

Dans une vidéo partagée sur le compte Facebook de Millet à la suite de l'incident, Halil a tenté de convaincre les étudiants, mais ceux-ci ont répondu: «Nous ne voulons pas de vous».

Ensuite, Halil a utilisé la porte dérobée pour entrer dans l’école.

Récemment nommé par l'État grec, Halil tente d'imposer son autorité à la minorité turque.

Poursuivant leurs protestations, presque tous les élèves quittèrent l'école et refusèrent d'assister à la cérémonie d'ouverture. Il n'y avait que 15 étudiants assistant à la cérémonie.

L'élection des mouftis par les musulmans en Grèce est régie par le traité d'Athènes de 1913, un pacte entre les États grec et ottoman appliqué par Athènes dès 1920.

Mais en 1991, en violation du droit international, la Grèce a annulé de façon unilatérale sa loi d'application du traité de 1913 et a illégalement commencé à nommer le mouftis elle-même.

Les mouftis nommés par l’État grec ont usurpé le droit de juridiction des Musulmans de Grèce en matière de famille et de succession.

La majorité des Turcs musulmans de la Thrace occidentale ne reconnaissent pas les mouftis nommés par l'État grec, mais élisent à juste titre leurs propres mouftis.

Cependant, depuis 1991, l'État grec refuse de reconnaître ces mouftis élus et les autorités grecques poursuivent même ces clercs en Justice.

 

 

Fatih Hafiz Mehmet, Cansu Dikme, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 



L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


 

Mots-clés: Grèce, grèce turquie, Grèce minorités, Musulmans de Grèce, Turcs de Grèce, Grèce religion, Grèce Islam

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]