La Russie annonce une nouvelle ère de désarmement et de maîtrise des armements

La Russie annonce une nouvelle ère de désarmement et de maîtrise des armements

Le ministre russe des Affaires étrangères évoque les problèmes liés aux traités de contrôle des armements.

 

Les événements de l'année dernière ont marqué le début d'une nouvelle ère dans le contrôle des armements, a déclaré mercredi le ministre russe des Affaires étrangères.

La base juridique du désarmement internationalement acceptée qui maintient la sécurité et la stabilité depuis des décennies a été détruite, a déclaré Sergueï Lavrov à la session plénière de la Conférence du désarmement à Genève.

Lavrov a rappelé à cet égard les problèmes liés au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), soulignant que les accords bilatéraux russo-américains ne répondaient plus au exigences de nos temps.

"Le temps est venu de réfléchir sérieusement à la manière de rendre le processus de contrôle des armes nucléaires multilatéral, acceptable pour tous les États concernés", a-t-il souligné, ajoutant que des dizaines de pays pouvaient actuellement produire de telles armes.

Le haut diplomate s'est déclaré préoccupé par la possible destruction d'autres "piliers" du système de maîtrise des armements; le Traité sur la réduction des armes stratégiques (START) qui expire en 2021 et le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

“La Russie soutient l'extension du traité START pour cinq années supplémentaires. Cela permettrait d’empêcher une nouvelle dégradation de la situation dans le domaine de la stabilité stratégique, ainsi que de gagner du temps pour étudier les solutions possibles aux nouvelles armes apparaissant dans le monde et les moyens d’en étendre le contrôle, car toutes ces armes ne tombent pas sous le régime actuel », a-t-il déclaré.

Commentant la situation autour du TNP, Lavrov a fait part de son inquiétude face au refus des États-Unis de ratifier le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, d'empêcher le déploiement d'armes dans l'espace et de reprendre les essais nucléaires. Une conférence des Nations Unies destinée à résoudre ces problèmes est prévue pour novembre, a-t-il rappelé.

«Pendant ce temps, les États-Unis ont déjà alloué des fonds à la création d’un segment spatial du système de défense aérienne et au déploiement des armes de frappe spatiale. Apparemment, ce segment aura la capacité de frapper, entre autres, des objets spatiaux. Ainsi, une véritable structure de combat sera construite, prête à tout moment à nettoyer l'espace extra-atmosphérique de la propriété orbitale de pays que Washington n'aime pas », a-t-il déploré.

Lavrov a réitéré le "déclin" des structures de l'ONU, créées pour traiter les problèmes de désarmement, de contrôle des armements et de non-prolifération.

"L'état des structures de désarmement de l'ONU reflète la complication générale de la situation internationale dans le domaine", a-t-il déclaré.

En conclusion de son discours, le ministre russes des Affaire étrangères a souligné l'importance de la Conférence sur le désarmement, soulignant que, dans les moments difficiles, il était nécessaire de préserver le format en tant que lieu de négociation unifié pour un large éventail de problèmes concernant le désarmement, le contrôle des armements et la non-prolifération.

 

 

Elena Teslova, Sıdrah Gufran Roghay, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]