Soutien international au nouvel accord politique en RDC

L'accord politique signé le 31 décembre dernier serait une voie de sortie de crise dans ce plus grand pays d'Afrique subsaharienne.

 

AA/Kinshasa/Pascal Mulegwa - L'Organisation des Nations unies (ONU), ainsi que la Belgique et la France, ont exprimé leur soutien à l'accord politique récemment conclu entre le pouvoir et l'opposition en République démocratique du Congo (RDC).

"Il s’agit là d'une étape importante dans la promotion de la réconciliation et de la démocratie dans le pays, ce qui est conforme aux engagements nationaux pris par la RDC au titre de l’accord cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région signé en février 2013", a déclaré Said Djinit, Représentant spécial du secrétaire général de l’ONU dans les Grands lacs, cité par un communiqué de l’ONU rendu public lundi.

La Belgique qui s'est exprimée dimanche par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Didier Raynders, a également fait part de son soutien à cet accord tout en précisant qu'elle sera "attentive" à sa mise en œuvre, d'après un communiqué dont Anadolu a eu copie.

De son côté, "la France appelle les signataires et les parties engagées par l’accord à respecter leur parole, à tout faire pour préserver l’esprit constructif qui a présidé aux négociations", d'après une déclaration, dimanche, du chef de la diplomatie française, Jean Marc Ayrault, qui a appris "avec satisfaction la signature de l’accord politique".

Cet accord est considéré comme une voie de sortie de la crise née de l'impossibilité technique invoquée par le pouvoir d'organiser la présidentielle en novembre 2016 dans ce plus grand pays d'Afrique subsaharienne.

Un dialogue boycotté par la plus grande partie de l'opposition avait abouti, le 18 octobre dernier, à un premier accord aux termes duquel la présidentielle et le départ du chef de l'Etat Joseph Kabila seraient reportés au printemps 2018.

Entre temps, un "gouvernement d'union nationale", composé de membres de la majorité mais également de membres de l'opposition signataire de l'accord, sera chargé de diriger le pays.

Rejetant ces conclusions, le rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, principale plateforme de l'opposition, a lancé un appel à la "résistance pacifique".

Pour pallier le risque de crise sécuritaire, l'Eglise catholique en RDC a réuni le pouvoir et le rassemblement autour de négociations "de la dernière chance".

Celles-ci ont abouti, le 31 décembre dernier, à un nouvel accord avançant la présidentielle à la fin de l'année 2017 et confiant la présidence du gouvernement ainsi que le pilotage de la transition au rassemblement.

 



 

 

RDC Politique Negociations - Pascal Mulegwa

© Pascal Mulegwa

 


 

Mots-clés: Afrique, manifestation, Union Africaine, République Démocratique du Congo - RDC, Congo, Afrique Centrale, république démocratique du congo, congo kinshasa, Hatem Katou, Safwene Grira, kabila, Pascal Mulegwa, joesph kabila, rdc elections, rdc politique, rdc presidentielle, rdc sécurité, Kinshasa, interpellations manifestation, rdc diplomatie, ONU RDC, manifestation afrique, rdc justice, RDC Assemblée Nationale, rdc europe, rdc manifestation, rdc citoyens, rdc opposition, etienne tshisekedi, rdc constitution, rdc gouvernement, rdc société civile, Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), Rassemblement des Forces acquises au Changement

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]