RDC : Face à Kabila, une opposition oscillant entre radicalisme et modération

L'opposition radicale est réunie autour du vétéran Etienne Tshisekedi et l'ex-gouverneur du Katanga et président du "TP Mazembe", Moïse Katumbi, alors que l'opposition modérée est chapeautée par l'ancien Secrétaire général du parti présidentiel, Vital Kamerhe.

 

AA/ Kinshasa/ Pascal Mulegwa - L'année 2017 commencera là où s'achève 2016, c'est à dire avec une actualité toujours aussi brûlante dans le ventre et la "gâchette" du continent africain: La République démocratique du Congo (RDC).

Là-bas, le président Joseph Kabila, dont le deuxième et dernier mandat constitutionnel, est arrivé à terme le 19 décembre courant, et qui "maneouvre" pour se maintenir au pouvoir, est confronté à une opposition à la fois radicale, fragilisée et modérée. Les violences générées par ce bras de fer, depuis le 19 décembre, ont jusque-là fait 56 morts dans quatre villes du pays, selon l'ONU.

 Les regards demeurent, toutefois, rivés sur la réunion du 30 décembre entre le pouvoir et l'opposition radicale pour trouver une issue au blocage politique qui risque de précipiter la RDC dans l'inconnu.

Retour sur les différents acteurs de la crise congolaise:

  A 45 ans d’âge, le jeune président Congolais qui a pris la tête du pays à l’âge de 30 ans, Joseph Kabila, a su s’entourer d’alliés de poids mais est également contrecarré par une opposition qui n’a cessé de prendre de l’ampleur au fur et à mesure qu’il s’approchait de la fin de son de deuxième et dernier mandat constitutionnel (19 décembre courant).

En première ligne contre Joseph Kabila, surnommé le «Rais», par ses sympathisants, figure un « historique » parmi les opposants, le vétéran Etienne Tshisekedi Wamulumba, président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

L’opposition en RDC peut être répartie selon le schéma suivant : le camp radical et celui des modérés.


Le camp radical:

Etienne Tshisekedi 

Agé de 85 ans, l’homme au chapeau parisien, Etienne Tshisekedi, est surtout connu pour son opposition radicale contre le régime de Mobutu Seseseko, déposé par le père de l’actuel président.

Aujourd’hui, celui que l’on surnomme le « Sphinx » préside le «Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au Changement», une plate-forme issue d’un conclave réuni à Genval en Belgique au mois de mai dernier et qui regroupe la majeure partie de l’opposition congolaise.

Retraité en Belgique depuis quelques années, le vieil opposant ne s’est porté candidat contre Joseph Kabila que lors de la deuxième Présidentielle.

Cette plate-forme et le Front commun pour le respect de la Constitution, dirigé par la députée Eve Bazaiba, Secrétaire générale du Mouvement libéral du Congo (MLC) de l’ancien vice-président Jean pierre Bemba (malheureux candidat à la Présidentielle de 2006) sont, selon le observateurs, le deux principales composantes de l’opposition qualifiée de radicale face au régime de Kabila.

Moise Katumbi: 

Le camp radical de l’opposition congolaise compte par ailleurs Moise Katumbi, l’ancien gouverneur de la riche ex-province du Katanga. Transfuge, Katumbi, un ancien soutien au pouvoir et proche de Kabila, est passé dans l’opposition depuis septembre 2015 en contestation du présumé plan du maintien de Joseph Kabila au pouvoir.

Président d’un club de football de renommée continentale (le TP Mazembé), Moise Katumbi réunit autour de lui le « G7 », un groupe de sept partis politiques exclus de la majorité présidentielle en septembre 2015 pour avoir demandé au président Joseph Kabila de ne pas violer la constitution.

Déclaré candidat à l’élection présidentielle non-tenue en novembre 2016, Moise Katumbi est en exil volontaire en Europe depuis le mois de mai dernier après avoir été inculpé par le tribunal de Lubumbashi (sud-est) d’atteinte à la sureté intérieure et extérieure de l’Etat dans une affaire de recrutement présumé des mercenaires américains.

Il a également été condamné à trois ans de prison ferme dans une affaire de spoliation immobilière par le même tribunal, qui s’est avérée par la suite être une manipulation de la part de Kabila, selon l’aveu même de sources judiciaires qui traitaient l’affaire..

Les modérés:

Vital Kamerhe

A la tête de ce camp, nous trouvons Vital Kamerhe, ancien Secrétaire général du parti présidentiel et président de l’Assemblée nationale en 2009. Kamerhe a rejoint l’opposition après qu’il ait été limogé de ses fonctions par Kabila.

Président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti politique qu’il créera pour se présenter à la Présidentielle de 2011, Vital Kamerhe, sorti troisième lors de ce scrutin, regroupe depuis peu sous sa férule une frange de l’opposition ayant participé à un Dialogue politique parrainé par l’Union Africaine (UA), boycotté par la majeure partie de l’opposition.

Samy Badibanga

Ce dialogue avait abouti à la conclusion d’un accord politique ayant consacré le report à 2018 l’élection présidentielle, initialement prévu en novembre 2016 et à la nomination d’un Premier ministre, issu de l’opposition, en la personne Samy Badibanga.

Présenté par les autorités comme étant un représentant de l’opposition, Samy Badibanga, a été rejeté par son propre parti, l’UDPS, conduit par le « vieux » Tshisekedi, qu’il accuse de « félonie » pour avoir pris part au Dialogue.

A l’Assemblée nationale, l’opposition revendique plus de 200 députés depuis le mois de septembre 2015.
 

 

RDC Candidats 2018

Mots-clés: Union Africaine, République Démocratique du Congo - RDC, Congo, éléctions, élections présidentielles, république démocratique du congo, congo kinshasa, Hatem Katou, kabila, Mohamed Hedi Abdellaoui , Pascal Mulegwa, joesph kabila, rdc elections, rdc politique, RDC Président, rdc sécurité, Kinshasa, RD Congo, RDC Assemblée Nationale, rdc manifestation, rdc police, rdc citoyens, rdc opposition, Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) Congo, Étienne Tshisekedi, élections afrique, prisonnier politique rdc, rdc prison, rdc union africaine, rdc constitution, moise katumbi, rdc gouvernement, rdc société civile, samy badibanga, Rassemblement des Forces acquises au Changement, eve bazaiba, vital kamerhe, mouvement libération congo mlc, jean pierre bemba

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]