Centrafrique : 8 ex-combattants remis à la justice par la mission onusienne

Publié par Krock Sylvestre, Mona Saanouni le . Publié dans Actualité Afrique

Huit ex-combattants du groupe armé Front populaire pour la renaissance de Centrafrique ont été remis aux autorités judiciaires centrafricaines par la mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca).

 

C’est ce qu’a fait savoir la Minusca dans un communiqué signé de Vladimir Monteiro, du service de la Communication.

« Sur les 14 ex-combattants, six ont été relocalisés à Bria, tandis que les huit autres, suspectés dans le cadre des enquêtes en cours, ont été remis aux autorités judiciaires centrafricaines, suite à une requête du Procureur adressé à la Minusca », précise le communiqué de la Minusca.

A noter que cette remise des suspects à la justice centrafricaine s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du mandat de la Minusca, rappelle le communiqué, lequel mandat préconise que la mission de l’ONU puisse « coopérer avec la justice centrafricaine ».

Ces ex-combattants sont au nombre de 14 au total qui ont été désarmés par la Minusca dans la ville de Birao.

Les huit remis à la justice seraient impliqués dans les derniers accrochages des 1er, 2 et 14 septembre dernier, entre le FPRC et Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) de Gilbert Toumou-Déa.

Seulement, sur le terrain, le FPRC aurait proféré de menaces contre la Minusca en représailles à l’opération de la Minusca qui a capturé certains de ses combattants.

« La Minusca condamne fermement ces menaces et met en garde contre toute tentative de s’en prendre à son personnel et ses biens ou aux acteurs et organisations humanitaires. Outre le FPRC, la Minusca condamne et met en garde tous ceux qui menacent la mission ou propagent des messages d’incitation à la violence », martèle le communiqué.

Signalons que lundi dernier, il y a eu reprise des hostilités dans la ville d’Am Dafok entre les mêmes groupes belligérants de la localité, le FPRC et le MLCJ, deux signataires de l’Accord de paix et de réconciliation.

La Minusca « exhorte les groupes armés signataires à éviter de poser des actes qui pourraient davantage fragiliser la quiétude des populations et à régler leur différend par la voie du dialogue, conformément aux dispositions prévues par l’accord ».

 

 

Sylvestre Krock, Mona Saanouni

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Centrafrique, casques bleus centrafrique, minusca, combattants, ONU Afrique, centrafrique sécurité, Mission onusienne en RCA (Minusca)

Imprimer