Crash en RDC : les débris de l'Antonov retrouvés dans le centre du pays

Quatre corps sans vie ont été tirés des amas.



Les débris de l'avion militaire qui s’est écrasé jeudi dernier en République démocratique du Congo (RDC) ont été découverts dans la région du Kasaï (centre), a annoncé mardi la présidence congolaise qui affirme avoir déployé des experts sur place pour des investigations.

"Les experts confirment que les débris trouvés près de Kole, province de Sankuru, au centre du pays sont bel et bien ceux de l'AN 72 opéré par la force aérienne pour la logistique présidentielle. Parmi les indications qui confirment l'identification du crash figurent le numéro d'immatriculation EK-72903", a précisé la présidence dans un communiqué.

Quatre corps sans vie (sur 8 passagers à bord) ont été tirés des amas et leur processus d'identification est en cours, indique-t-elle. Aucune information n'a filtré sur les autres passagers.

L'appareil transportait 4 passagers dont le chauffeur personnel du président Félix Tshisekedi et trois membres de sa garde rapprochée, en plus de 4 membres d'équipage et la jeep blindée du Président qui revenait d'une visite dans deux provinces de l'est de la RDC.

"Une équipe d'enquêteurs expérimentés, renforcée par des experts de la Monusco (mission onusienne en RDC) se trouvent sur le lieu du crash pour des investigations préliminaires approfondies", lit-on également dans le même texte, par lequel la Présidence annonce avoir mobilisé des moyens humains et matériels "nécessaires pour faire la lumière sur ce drame".

L'Antonov avait quitté la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (Est) jeudi à destination de Kinshasa.

Il avait disparu des radars 59 minutes après son décollage.

"Les mauvaises conditions météorologiques" seraient à l'origine de l'accident, selon un communiqué de la cellule de crise, mise en place par les autorités congolaises afin de suivre l'évolution de cette affaire et établir les responsabilités.

Cet accident a provoqué une fièvre dans la coalition au pouvoir tenue par Tshisekedi et son successeur Joseph Kabila.

Au lendemain du crash, des centaines de militants du parti de Tshisekedi, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) avaient manifesté à Kinshasa, s'enlisant dans une vague théorie d'un complot du camp Kabila pour "saboter" le mandat de Tshisekedi.

La même mobilisation s'est poursuivie jusqu’à mardi dans le centre du pays.

Plusieurs centaines de personnes arborant les drapeaux de l'UDPS et des partis alliés ont manifesté, mettant en garde les "ennemis de la nation" qui "en voulaient à la vie du président Tshisekedi", scandaient les militants.

 

 

Pascal Mulegwa, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: République Démocratique du Congo - RDC, Goma, Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) Congo, Kasaï, crash avion, crash avion militaire, crash avion militaire russie, Félix Tshisekedi, UDPS, crash, Antonov, débris, Présidence

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]