RDC : interdiction des manifestations à caractère politique à Kinshasa

Publié par Pascal Mulegwa le . Publié dans Actualité Afrique

Le 27 juillet, les 108 sénateurs congolais seront appelés à élire les dirigeants du Sénat.




Les autorités congolaises ont interdit toutes les manifestations de protestation prévues cette semaine dans la capitale Kinshasa avant l'élection des dirigeants du Sénat.

Cette interdiction intervient après l’annonce de plusieurs manifestations, aussi bien par le parti présidentiel que par l’opposition.

Les militants du parti de l’ancien président Joseph Kabila ont annoncé, en effet, une marche dans les artères de la ville pour "réclamer la fin de la coalition entre le FCC (de Kabila) et CACH ( du président Tshisekedi), la vérité des urnes et pour soutenir la candidature de Thambwe Mwamba à la tête du Sénat".

Ceux du parti présidentiel (UDPS) ont annoncé, eux aussi, une marche pour exiger la publication "immédiate" du nouveau gouvernement. D'autres membres des mouvements citoyens ont projeté une marche le 24 juillet contre la candidature d’Alexis Ntambwe au poste de président du Sénat.

"Toutes ces manifestations sont interdites sur ordre du gouverneur. Aucune manifestation publique à caractère politique cette semaine. Nous ne voulons pas de bras de fer dans les rues, nous allons maintenir l'ordre", a déclaré à Anadolu, le général Sylvavo Kasongo, chef de la police à Kinshasa.


« Les personnes qui tenteront de troubler l’ordre public trouveront la police sur leur chemin. Nous devons respecter la loi. C’est cela l’Etat de droit (…). Nous serons debout et fermes", a prévenu l'officier.

Le 27 juillet, les 108 sénateurs congolais seront appelés à élire les dirigeants du Sénat.

Majoritaire à la Chambre haute, la coalition de l’ancien président Joseph Kabila a désigné l'ancien ministre controversé de la Justice pour briguer la présidence du Sénat.

Ce choix a provoqué des mécontentements au sein de la coalition, poussant Modeste Bahati Lukwebo, leader du deuxième plus grand regroupement à déposer sa candidature contre celle de Ntambwe Mwamba.

Disposant de deux sénateurs, le camp présidentiel n'a pas aligné de candidature.


Intronisé en janvier dernier, Tshisekedi dont la coalition ne dispose pas de majorité au Parlement, n'a pas encore mis en place un gouvernement, près de six mois après.

Il a nommé en mai dernier, Sylvestre Ilunga Ilunkamba de la coalition de Kabila, au poste de Premier ministre.


Sa coalition et celle de Kabila sont dans les négociations depuis plusieurs mois pour la formation du gouvernement.


La coalition de Kabila a demandé à ses composantes de soumettre la liste de leurs cadres qui vont intégrer le gouvernement, au plus tard ce lundi.

 

 

Pascal Mulegwa , Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: rdc politique, Kinshasa, Manifestations

Imprimer