Burkina Faso/mort de 11 personnes en garde à vue: Les Avocats exigent une enquête « indépendante »

Onze personnes qui étaient placées en garde à vue sont décédées dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019 dans les locaux de l’Unité Anti-drogue (UAD) de la Police nationale, dans des circonstances mystérieuses.

 

Le Syndicat des avocats du Burkina Faso (SYNAF) a demandé mercredi l'ouverture d'une enquête indépendante pour situer les responsabilités des différents acteurs dans l'affaire du décès récemment de onze personnes placées en garde à vue, ont rapporté des médias locaux citant un communiqué du SYNAF.

Le 15 juillet le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou portait à la connaissance de l’opinion publique le décès survenu dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019 dans les locaux de l’Unité Anti-drogue (UAD) de la Police nationale, de onze (11) personnes qui étaient placées en garde à vue, rappelle le site "Le faso.net"

Exprimant son "indignation", le SYNAF dit "attendre que l’information judiciaire livre la réalité des faits" et s'interroge "sur la manière par laquelle, en situation de garde à vue, onze personnes peuvent être retrouvées mortes en l’espace de quelques heures".

Le Syndicat estime dans le même communiqué relayé par "Le faso.net" que "ce drame vient rappeler la nécessité pour les autorités politiques, policières, militaires, et judiciaires de prendre toutes dispositions pertinentes de nature à garantir et préserver l’intégrité physique et morale mais aussi et surtout la vie de ceux des citoyens qui sont gardés pour des nécessités d’enquête".

"Cela est d’autant plus vrai que la loi a prévu tous les mécanismes possibles, propres à garantir et préserver la santé et l’intégrité physique des personnes gardées à vue", souligne encore le SYNAF

Rappelant que" la sécurité des personnes y compris celles gardées à vue est un droit garanti par les instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux et que l’Etat en est le principal garant", le SYNAF déclare qu'il "fonde de profonds espoirs sur une enquête indépendante et diligente à même d’identifier les fautifs, et de les traduire s’il y a lieu, devant l’autorité de sanction compétente".

Le Syndicat déclare, enfin qu'il "attend des autorités judiciaires que l’enquête ouverte soit menée de manière efficace et que toutes les mesures médico-légales soient prises pour conserver les preuves et les indices de toutes éventuelles infractions afin d’élucider les circonstances dans lesquelles ces décès sont survenus".



 

 

Nadia Chahed

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Burkina Faso, Syndicat des Avocats du Burkina Faso

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]