Cameroun : Paul Biya soutenu par des députés de sa région natale

Face aux opposants, partisans de Maurice Kamto.

 


L’humiliation subie par le président camerounais lors d’un récent séjour privé à Genève a provoqué des réactions en cascade, dont notamment des députés du Sud du Cameroun, région natale de Paul Biya.

Ces derniers, au nombre de dix, ont publié une déclaration, datant du 4 juillet, pour soutenir le Président, mais aussi, pour mettre en garde des Camerounais de la région Ouest du Cameroun, région natale de l’opposant Maurice Kamto, identifiés comme instigateurs de la contestation contre le régime en place.

« Face à ces dérives révulsives et répétées, nous, députés à l’Assemblée nationale, ressortissants de la région du Sud : […] Condamnons fermement les dérives constatées et relevées […] qui n’honorent ni le Cameroun, ni les regroupements engagés dans ces opérations », ont-ils écrit.

Dans leur déclaration, les députés du Sud disent que « nul n’a le monopole de la violence tant sur la place internationale qu’à l’intérieur des frontières nationales ».

Ils exhortent « les ressortissants de la région dont se réclament les principaux agitateurs, à se désolidariser davantage de ceux-ci comme ils ont d’ailleurs commencé à le faire pour que la haine ne se diffuse à travers tout le pays et ne le gangrène ».

D’après ce collectif de députés, le résultat des manifestations de Genève tenues par les Camerounais est celui connu et attendu : « débauche d’énergie inutile mais surtout, dévoilement d’un projet tribal de prise de pouvoir par des méthodes non démocratiques et démonstration aux yeux du monde, de comportements dignes d’un zoo agité, etc. ».

La déclaration de ces députés a suscité, elle-même, des réactions diverses au sein de la classe politique camerounaise.

Le député du premier parti d’opposition camerounaise, le Social Democratic Front (SDF), Jean Michel Nintcheu, estime que cette déclaration est « lamentable et méprisable » à l’endroit des Camerounais.


« Il est évident qu’ils se sont, toujours, manifestement considérés et s’assument désormais comme des députés de leur région, qu’ils estiment entièrement à part dans le pays. Ils administrent la preuve qu’il ne s’est jamais agi pour eux, d’être députés de la nation toute entière », souligne-t-il.

Jean Michel Nintcheu invite les Camerounais, « à tourner résolument le dos à ces députés (…) qui ont manifestement décidé (…) de mettre à mal [notre] unité nationale si chèrement acquise ».

Pour sa part, l’ancien candidat à la dernière présidentielle, Akere Muna, juge que « la haine commence à gagner du terrain dans ce pays », suite à cette déclaration des députés du Sud.

Pour rappel, lors du dernier séjour de Paul Biya à Genève en juin dernier, les manifestants camerounais ont profité d'une manifestations contre le séjour du président camerounais à Genève pour dénoncer la détention de l'opposant Maurice Kamto.

Ainsi, samedi 29 juin, une manifestation sur la place des Nations (à quelques pas de l'hôtel où était logé Biya) réunissait quelque 250 opposants au président camerounais.

La police suisse, en usant des tanks à jet d’eau et des grenades à gaz lacrymogènes, a évité des affrontements avec les manifestants.

Dans la foulée de ces événements, un journaliste de la radiotélévision suisse, alors qu'il filmait des manifestants camerounais venus conspuer Paul Biya, a été agressé par des gardes du corps de Biya.

La justice genevoise a arrêté six membres du service de sécurité de Paul Biya. Quatre des gardes du corps ont écopé de six mois de prison avec sursis. Les deux autres de trois mois avec sursis.

Paul Biya avait été prié de quitter la Suisse, via une pétition, initiée par un élu suisse et signée par des milliers de personnes dont des Camerounais.

 

 

 

Peter Kum, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: Cameroun, cameroun opposition, députés, Paul Biya, Régions du Sud

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]