Burkina Faso : l'insécurité provoque une « crise humanitaire sans précédent » (Onu)

15 personnes ont été tuées dans deux attaques dans le centre du pays

 

Le Burkina Faso souffre d’une « crise humanitaire sans précédent » à cause de l’insécurité, a affirmé la coordinatrice résidente des Nations Unies au pays des hommes intègres, Metsi Makhetha.

Makhetha s’exprimait, lundi depuis Genève, à l’occasion de l’ouverture du segment humanitaire du Conseil économique et social (Ecosoc) des Nations Unies.

« Nous observons une augmentation exponentielle des attaques par des groupes armés, et de la réponse militaire, et de l’impact sécuritaire dans le quotidien des gens», a déclaré la responsable onusienne à l’occasion d’une réunion sur la « collaboration entre les acteurs humanitaires, de paix et de développement ».

« Des milliers de familles burkinabè déplacées dans les régions sahéliennes du Burkina Faso, le nord, le centre-nord, et l’est du pays, ont besoin d’aide humanitaire d’urgence, des abris, de la nourriture et des services de santé de base », a-t-elle averti, mettant en garde contre les risques d’érosion par l’insécurité des acquis économiques et sociaux.

« Ils ont également besoin d’être protégés physiquement des violences en cours et de voir leur liberté religieuse respectée, d’obtenir le droit à la justice pour les violences commises et beaucoup plus », a poursuivi Metsi Makhetha.

Cette alerte a été lancée alors que le pays continue de faire face à des attaques récurrentes de groupes armés.

La dernière en date a eu lieu samedi, 22 juin, lorsque des terroristes ont simultanément attaqué deux villages dans le centre-nord du pays, tuant 15 personnes.

Selon un communiqué du ministère burkinabè de la Défense, il s’agit des villages « de Sagho et de Toékodogo dans la commune de Barsalogho » qui ont fait l’objet « d’attaques terroristes dans la soirée du samedi 22 juin 2019, perpétrées par des hommes armés non identifiés».

Pour rappel, depuis 2015, le Burkina Faso est secoué par des attaques récurrentes, faisant de nombreuses victimes parmi les civils et les militaires.

Le 30 décembre 2018, l’état d’urgence avait été décrété dans 7 régions (sur 13 que compte le Burkina) situées dans le nord et l’est du pays.

 

 

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: onu, Burkina Faso, crise humanitaire, Insécurité

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]