Les avocats algériens réclament la démission de Bouteflika

Les avocats algériens réclament la démission de Bouteflika

Les protestataires accusent Bouteflika d'avoir prorogé de manière inconstitutionnelle son quatrième mandat, qui devrait expirer le mois prochain.

 

Des milliers d'avocats ont organisé samedi un rassemblement de masse dans la capitale algérienne, Alger, pour appeler le président Abdelaziz Bouteflika à quitter le pouvoir.

Plus de 3 000 avocats se sont réunis dans le centre d’Alger avant de se diriger vers les locaux du Conseil constitutionnel, la plus haute instance judiciaire du pays.

Le Conseil constitutionnel surveille les élections et les référendums présidentiels et parlementaires, examine les recours, annonce les résultats finaux et examine la constitutionnalité des lois.

Des affrontements limités auraient eu lieu entre manifestants et forces de sécurité, mais aucun blessé n’a été signalé.

"Nous demandons un changement de régime et que nous passions à une période de transition qui n'est pas gérée par le système politique actuel", a déclaré l'avocat Abdel Ghani Badi.

Meqran Ayat, un autre avocat, a déclaré que le régime algérien "tournait le dos aux revendications du peuple".

L’Association du Barreau Algérien a appelé samedi le rassemblement à la démission de Bouteflika.

La semaine dernière, après plusieurs manifestations de protestations contre son projet de se présenter pour un cinquième mandat présidentiel, Bouteflika, âgé de 82 ans, a reporté les élections dues le 18 avril et a officiellement retiré sa candidature.

Les Algériens ont toutefois continué à organiser des manifestations de masse - dans plusieurs régions du pays - contre le mouvement, accusant Bouteflika de prolonger de manière inconstitutionnelle son quatrième mandat, qui est censé expirer le mois prochain.

En février, le Front de libération nationale au pouvoir en Algérie a nommé Bouteflika, qui dirige l’Algérie depuis 1999, candidat officiel pour un cinquième mandat présidentiel.

Des personnalités de l'opposition ont exhorté à plusieurs reprises le leader âgé, qui avait été traité pour un caillot de sang dans le cerveau, de s'abstenir de candidater pour le prochain scrutin.

 

 

Hassan Jebrel, Mohamed Sabry Emam Muhammed, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]