Guterres: Le massacre en Nouvelle-Zélande est un exemple tragique sur la propagation de l'islamophobie

Le Secrétaire général de l'ONU envisage de se rendre au Centre culturel islamique de Manhattan pendant la grande prière du vendredi pour exprimer sa solidarité avec les victimes du massacre dans les mosquées en Nouvelle-Zélande

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré, jeudi, que "la célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, représente une occasion pour nous tous de renouveler notre promesse de mettre fin au racisme, à la discrimination raciale, à la xénophobie et à l'intolérance qui y est associée, à l'antisémitisme et à la haine contre les musulmans".

Guterres a estimé que "le massacre survenu dans les deux mosquées en Nouvelle-Zélande est un exemple tragique sur la propagation de l'islamophobie".

C'est ce qui ressort du message du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, lu son porte-parole adjoint, Farhan Haq, lors d'une conférence de presse tenue au siège permanent de l'organisation à New York.

Haq a indiqué que "le Secrétaire général de l'ONU prévoit de se rendre au Centre culturel islamique à Manhattan pour assister à la Grande prière du vendredi pour exprimer son soutien aux victimes du massacre survenu dans les deux mosquées en Nouvelle-Zélande, vendredi dernier.

Le porte-parole a indiqué que "le Secrétaire général arrivera au siège du Centre culturel islamique à 12h30 heure locale (19h30 GMT), et que la visite durera 30 minutes".

Haq a souligné que "le Secrétaire général a déclaré dans son message qu'aucun pays ni aucune société n'est à l'abri de la haine raciale et religieuse et du fanatisme".

"Je suis profondément préoccupé par la montée actuelle de la xénophobie, du racisme et du fanatisme", a indiqué Guterres.

"Le discours de haine se propage comme une traînée de poudre à travers les médias sociaux et la radio, dans les démocraties libérales et les États autoritaires", a-t-il ajouté.

"Ces forces obscures menacent les valeurs démocratiques, la stabilité sociale et la paix, et lorsque des personnes sont agressées physiquement, verbalement à cause de leur race ou de leur religion, toute la société s'effondre", a-t-il poursuivi.

"Il est important pour nous tous de rester unis et de défendre les principes d'égalité et de dignité humaine", a-t-il martelé.

Guterres a appelé tous les pays à "redoubler d'efforts pour réparer les fissures et la polarisation qui prévalent dans nos sociétés aujourd'hui".

Il a souligné l'importance de "promouvoir la compréhension mutuelle, de faire face à la confrontation, au rejet des personnalités politiques qui exploitent les différences pour obtenir des gains électoraux".

"Nous devons également demander pourquoi tant de gens se sentent exclus et nous devons impliquer tout le monde dans le démantèlement de l'idée malveillante et trompeuse de supériorité raciale", a-t-il déclaré.

"Aujourd'hui, le monde assiste à la montée de la pensée néo-nazie, du suprémacisme blanc, et nous devons enterrer de tels mensonges une fois pour toutes", a-t-il martelé.

 

 

 

Tarek Mohamed, Mona Saanouni

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]