Unesco: 264 millions d'enfants dépourvus d'éducation formelle

Unesco: 264 millions d'enfants dans le monde dépourvus d'éducation formelle
L'Unesco a publié son rapport intitulé "Rapport Mondial de Suivi sur l’Éducation".

 

AA - Ankara - Tuncay Çakmak

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), 264 millions d’enfants à travers le monde sont dépourvus d’éducation formelle.

L’institution a publié, mardi, son rapport intitulé "Rapport Mondial de Suivi sur l’Education", élaboré dans le cadre des "Objectifs de Développement Durables 4".

Le rapport indique que le nombre d’enfants non-scolarisés avait commencé à être réduit fortement au début des années 2000 avant de retrouver un rythme "insuffisant".

Parmi 128 pays membres de l’ONU, les recensements effectués auprès des familles, entre 2010 et 2015, montrent que le taux des enfants ayant suivi l’enseignement primaire se situe à 83%, à 69% pour ceux qui ont été au collège et à 45% pour les enfants ayant accédé au lycée. Dans 40 de ces 128 pays, un enfant sur quatre seulement a pu terminer le collège, et ce taux n’est que de 90% dans 14 autres pays.

Le Rapport indique aussi que dans 82% des cas, le droit à l’éducation est inscrit dans les constitutions des pays du monde et que dans 55% de ces cas, les citoyens peuvent solliciter la justice si ce droit ne leur est pas garanti.

Dans le préambule du rapport, Irina Bokova, Directrice générale sortante de l’Unesco, insiste sur le fait que les gouvernements doivent pouvoir rendre des comptes si l’on veut atteindre les objectifs en matière d’éducation.

"Le rôle principal dans la volonté de garantir à chacun le droit à l’éducation incombe d’abord aux gouvernements. Mais ce droit, dans près de la moitié des pays dans le monde, ne peut pas être défendu devant la justice. En cas de violation de ce droit, il n’y a pas la possibilité de s’adresser à la justice", a-t-elle regretté.

Selon Bokova, les responsabilités des parents, des enseignants ou des dirigeants doivent être ouvertement définis en matière d’éducation.

Par ailleurs, le rapport insiste sur le fait que "punir" les écoles dont les taux de réussite aux examens ne sont pas élevés, n’apporte rien à la qualité de l’enseignement, estimant que dans ces cas les enseignants, pour relever les taux, peuvent se focaliser sur l’entrainement aux examens, ce qui à long termes, peut avoir des conséquences sur le développement des élèves et sur leur réussite.

De plus, mettre en avant la concurrence entre les écoles et offrir plus de choix d’orientation, n’a pas forcément de résultats toujours positifs. Ce système, dans les 25 dernières années, a surtout été avantageux pour les familles aisées au sein des pays développés, au détriment des familles plus modestes et des élèves en difficulté.

Le rapport critique également l'ampleur prise par les écoles publiques payantes, qui ne font que rendre le système encore moins égalitaire.


 


 

 

Mots-clés: Afrique, onu, éducation, éducation afrique, Afrique Subsaharienne, éducation filles, Tuncay Çakmak, UNICEF, réfugiés education, enfants, enfants afrique, afrique education, education scolarisation, scolarisation, scolarisation afrique, afrique scolarisation, enfants education, Onur Usta, 2017, éducation moyen-orient, Emre Aytekin, éducation asie, éducation amérique, scolarisation moyen-orient, scolarisation asie, scolarisation amérique, scolarisation europe, éducation europe

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

  • [javascript protected email address]