«400 mille bébés et enfants sur le point de mourir au Yémen»

Kerem Kinik, président du Croissant Rouge turc, a notamment indiqué que 18 millions de personnes sont en situation de besoin dans le pays.

Le président du Croissant rouge turc (Kizilay), Kerem Kinik, a affirmé que 400 mille bébés et enfants sont sur le point de mourir au Yémen.

Dans une déclaration faite à l'Agence Anadolu (AA), Kinik a indiqué que l'intensification de la guerre civile et de la crise humanitaire depuis 2015, laissent de profondes traces dans le pays.

"La représentation permanente du Kizilay dans la zone travaille de manière intensive. Nous mobilisons toute notre capacité. Nous réalisons, sans cesse, nos actions d'aide humanitaire. En ce sens, nous pouvons évoquer nos aides alimentaires permanentes aux déplacés internes", a assuré Kinik.

Notant que 75% de la population est dans le besoin, Kinik a poursuivi : " Nous parlons d'une géographie où il y a près de 18 millions de personnes nécessiteuses. En ce sens, le soutien de nos citoyens est très important. Evidemment, il faut en faire plus. Le Croissant rouge reçoit des aides des organisations internationales dans le cadre de ses opérations au Yémen."

" Il faut redresser le pays dans le contexte actuel, où l'on s'approche de la fin de la guerre civile. Nous sommes en contact avec l'AFAD et le gouvernement turc pour la réalisation de travaux semblables à ceux accomplis en Somalie", a-t-il ajouté.

Kinik a affirmé travailler sur différents projets visant à redonner aux gens les moyens nécessaire de subvenir à leurs besoins.

"A cet effet, nous sommes en contact avec la Banque islamique de développement", a-t-il précisé.

"La souffrance est grande au Yémen. Ainsi, l'effort doit aussi être grand. 18 millions de personnes sont en situation de besoin dans le pays. Il y a 400 mille enfants et bébés sur le point de mourir",a-t-il relevé.

Kinik a, ensuite, affirmé que la majorité de la population vit grâce aux salaires versés par l'Etat, mais comme actuellement cette dernière n'est plus en mesure de les verser, ils n'ont plus aucune source de revenu.

" Les divisions à l'intérieur du pays conduisent, eux, à de nombreux mouvements de migration interne. Malheureusement, près de 3 millions de déplacés internes rencontrent des problèmes de sécurité et de logement", a-t-il conclu.

 

Abdullah Doğan, Ayşe Betül Gedikoğlu

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]