Le PYD commet des crimes de guerre par sa politique de migration forcée (rapport)

La Fondation des Etudes sur la Politique, l'Economie et la Société (SETA) met l'accent sur le lien entre l'organisation terroriste PKK et le Parti de l'Union démocratique (PYD).

AA - Ankara - Nur Gülsoy

Le Parti de l'Union démocratique (PYD, Syrie) commet des crimes de guerre par sa politique de migration forcée dans les zones qu'il contrôle, selon une étude de la Fondation des Etudes sur la Politique, l'Economie et la Société (SETA)

La SETA a publié mardi, un rapport intitulé "L'organisation du PKK dans le nord de la Syrie: PYD-YPG".

Le rapport a analysé la création du PYD, sa relation avec l'organisation terroriste PKK et le régime syrien du président Bachar al-Assad, ainsi que son fonctionnement. Il en ressort que le PYD, branche syrienne du PKK, a cherché à agir avec le régime d'al-Assad, suivant leurs intérêts mutuels, pour profiter de la révolution syrienne de 2011.

Le nord de la Syrie est d'une grande importance géopolitique du fait qu'il avoisine la Turquie, et le nord-est de la Syrie, habité majoritairement par les Kurdes, dispose de réserves pétrolières. Bien qu'ils ne soient qu'une minorité, al-Assad a toujours considéré les Kurdes comme un danger à cause de leur revendication de certains droits, selon l'étude.

Le régime d'al-Assad a pourtant soutenu le PKK contre la Turquie et essayé de faire en sorte que les Kurdes syriens ne soient plus un danger pour lui. Le régime a essayé ainsi d'exporter son problème kurde vers la Turquie, indique le rapport.

"Bien que le PYD a été fondé en 2003, son passé remonte aux années 1980, lorsque le PKK a commencé son activité en Syrie", note le rapport.

"Fuat Omer a dirigé l'organisation entre 2003 et 2010. Le PYD n'a pas été chaleureusement accueilli par le régime d'al-Assad et des centaines de ses membres ont été arrêtés. Plusieurs dirigeants, y compris Salih Muslim, ont dû fuir vers le nord de l'Irak et dans la région de Kandil. Le PYD centré à Kamisli, s'est organisé de manière réussie à Afrin, Kobané et Hasséké en 2011. Le régime qui avait interdit Salih Muslim d'entrer en Syrie, l'a ensuite invité, et libéré les membres du PYD emprisonnés. Dans cette période, contrairement aux autres groupes kurdes, le PYD était proche du régime, qui s'est retiré de certaines régions kurdes pour les laisser aux mains du PYD et de sa branche armée, YPG." explique le rapport de la SETA.

D'après le document, le PYD a établi un engagement militaire avec le régime syrien, et grâce au soutien du PKK, il a formé le YPG, pris le contrôle des Kurdes -qui soutenaient auparavant les opposants- et a proclamé des cantons à la frontière Syrie-Turquie.

"Le PYD est devenu un acteur non étatique armé qui a une zone sous son contrôle dans le nord de la Syrie", pour la SETA, "Il veut imposer une autorité absolue et mène une politique qui ne reconnaît pas le droit à la vie des éléments autres que lui-même. Il saisit aussi la présence de Daech en Syrie, et essaie de se montrer comme acteur utile dans la lutte des Etats-Unis contre Daech, pour lier ainsi les cantons proclamés."

Le rapport a noté que le PYD se rapproche aussi de la Russie, dans le but de contrôler les zones arabes et turkmènes, et de former un arc qui s'étendra jusqu'à la mer Méditerranée.

"Le PYD mène une politique de migration forcée dans les zones sous son contrôle"précise le rapport qui ajoute: "Il commet ainsi des crimes de guerre. Après que le PKK a relancé le conflit armé, le PYD est devenu hostile à la Turquie, et une base pour le PKK et les autres groupes qui lui sont rattachés."

Le rapport a aussi mis l'accent sur l'insuffisance militaire du PYD qui impose le service militaire et utilise aussi des enfants combattants. La plupart des éléments du YPG étant âgés de 16 à 20 ans, sans expérience de guerre et sans formation.

"La stratégie de se montrer comme élément utile aux puissances belligérantes dans la guerre de tutelle et le chaos en Syrie, ne semble pas pouvoir durer", ajoute le rapport.

Mots-clés: migration, actualité terrorisme, terrorisme, terroriste, pkk, PYD, seta, pyd=pkk, terreur syrie, terrorisme turquie, terrorisme syrie, migration syrie

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]