Erdogan: Le retrait américain ne doit pas créer un vide en Syrie

Erdogan: Le retrait américain ne doit pas créer un vide en Syrie

Le président turc s'est entretenu avec son homologue russe, Poutine, à Moscou.

 

Photographie : Le président turc Recep Tayyip Erdogan est accueilli par son homologue russe Vladimir Poutine, au Kremlin, à Moscou, en Russie

Par Kayhan Özer, Service présidentiel turc de Presse - Agence Anadolu, le mercredi 23 janvier 2019

 

 

 

Le retrait des troupes américaines de Syrie ne doit pas créer un vide en faveur des terroristes, a déclaré le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de l'État turc a effectué une visite à Moscou, mercredi, où il a rencontré son homologue russe, Vladimir Poutine.

Au terme de leur entretien, les deux leaders ont animé un point de presse conjoint.

Remerciant Poutine pour son accueil chaleureux, Erdogan a dit qu'ils ont discuté, avec Poutine, des relations bilatérales et des récents développements en Syrie.

"Il est très important que le retrait américain de Syrie n'entraîne pas un vide qui risquerait d'être abusé par les organisations terroristes, a affirmé Erdogan. J'ai exprimé que notre but est l'élimination totale de Daech et du PYD/YPG."

Le président turc a aussi souligné "le besoin d'une lutte conjointe contre les organisations terroristes qui visent à saboter la coopération turco-russe", tout en ajoutant qu'il est très important de mettre en place le Comité constitutionnel syrien.

Il a donc insisté que "la lutte conjointe antiterroriste à Idleb se poursuivra".

Par contre, le président turc a noté que les discussions pour la mise en place d'une zone sécurisée en Syrie, continuent au niveau des leaders et des ministres.

"Les États-Unis ont exprimé leur approche positive quant à la prise de précaution dans les zones sensibles, a-t-il précisé. Il s'agit d'une zone de 30 à 32 km de profondeur. Nous n'avons aucun problème avec la Russie sur ce sujet."

Erdogan a en outre annoncé qu'un sommet tripartite se tiendra, avec la participation du président iranien, Hassan Rohani, en Russie, en février.

 **ypdpyd

 

 

Nur Asena Gülsoy

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]