Meurtre de Khashoggi: Mattis appelle Riyad à mener une enquête approfondie

Meurtre de Khashoggi: Mattis appelle Riyad à mener une enquête approfondie

Lors de sa rencontre avec le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Joubeir.

 

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a déclaré, dimanche, qu'il s'est entretenu avec le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Joubeir, lors d'une conférence internationale, et l'a incité à mener une enquête approfondie sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Mattis a ajouté qu'la-Joubeir "n'avait aucune réserve sur la nécessité pour l'Arabie Saoudite de faire preuve de transparence pour dévoiler les circonstances du meurtre de Khashoggi", a rapporté l'agence américaine Associated Press.

Le responsable américain n'a pas donné les détails sur son entretien avec al-Joubeir et s'est contenté de dire qu'il l'a informé "qu'il était nécessaire de savoir ce qui s'est passé".

Lors de sa participation au forum de Manama sur les affaires du Moyen-Orient tenu dans la capitale bahreïnie hier samedi, Mattis a considéré que le meurtre de Khashoggi sape la stabilité régionale.

Après 18 jours de déni, Riyad a reconnu samedi dernier que Khashoggi avait été tué à l'intérieur de son consulat à Istanbul après une bagarre qui aurait dégénéré.
Riyad a par la suite annoncé l'arrestation de 18 Saoudiens impliqués dans l'affaire en question. Quant au corps de Khashoggi, il n'a pas encore été retrouvé.

La version saoudienne a été largement critiquée par les pays occidentaux et les organisations internationales de défense des droits de l’Homme.
Ce récit officiel contredit, en effet, plusieurs déclarations officieuses saoudiennes.

L’une de ces déclarations est celle d’un responsable saoudien assurant qu’"une équipe de 15 Saoudiens, qui a été envoyée pour rencontrer Khashoggi, l'anesthésier et le kidnapper, l’a tué par étranglement lors d’une bagarre au cours de laquelle il leur a résisté".

Après cet aveu, le roi saoudien a limogé des hauts responsables, notamment le vice-président du service de renseignement, Ahmad al-Assiri, et le conseiller de la Cour royale Saud bin Abdullah Al Qahtani.

Le roi a également décidé de former un comité présidé par son fils, le prince héritier Mohammed bin Salman, chargé de restructurer le service de renseignement général.

Le comité comprend le ministre de l'Intérieur, le président de la Cour royale, le ministre des Affaires étrangères, le chef du service de renseignement général et le chef de la sécurité de l'État. Il devrait présenter les résultats de ses travaux dans un délai d'un mois à compter de la date du début de son mandat.

Mardi dernier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu’Ankara disposait "de preuves solides" confirmant que le meurtre de Khashoggi était "délibéré et non pas une coïncidence" et que "faire endosser la responsabilité à des éléments de sécurité ne convainquait nullement ni la Turquie ni l'opinion publique mondiale".

 

Mona Saanouni, Abduljabbar Aburas, Qualid Filsde Mohamed Chine

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: james mattis, Jamal Khashoggi, Assassinat de Khashoggi, Adel al-Jubeir

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]