Le déploiement des troupes turques à Idlib en cinq questions

Le déploiement des troupes turques à Idleb en cinq questions

Selon les sources militaires et diplomatiques, les actions des Forces armées turques ne sont pas une opération mais un déploiement.

 

AA / Ankara (Turquie) – Idleb (Syrie) / Levent Tok - Selen Karacaoğlu - Selen Temizer

Les éléments de l'armée turque ne visent pas une opération mais cherchent à se déployer à Idlib dans le nord de la Syrie. Ils ne cherchent pas à entrer en conflit avec le régime d’al-Assad ou les éléments locaux.

Conformément à l'accord entre la Turquie, l'Iran et la Russie, les préparatifs pour le déploiement de certains éléments des forces armées turques dans la province d'Idlib en Syrie sont maintenant presque terminés.

La Turquie veut assurer la sécurité à Idlib, une région où ont eu lieu les conflits les plus violents entre les groupes armés anti-régime et leurs opposants, y compris le régime de Bachar al-Assad.

Lors d'une réunion dans la capitale kazakhe, Astana, le 4 mai, les Etats garants - la Russie, la Turquie et l'Iran - ont signé un accord pour établir des zones de désescalade en Syrie, notamment à Idlib dans le nord-ouest, à la frontière turque.

Après des négociations intensives entre la Turquie, qui soutient l'opposition syrienne, et le garant du régime, la Russie, l'accord est arrivé à la phase de mise en œuvre.
Idlib est sous le contrôle des groupes armés anti-régime et de quelques groupes d'opposition.

 

1 - Que fera l'armée turque à Idlib?

Les éléments des Forces armées turques, également appelés TSK, seront positionnés dans les limites de la zone de désescalade déterminée pour Idlib. Leur tâche sera de pérenniser la trêve entre le régime et les éléments militaires locaux. À cette fin, les forces TSK établiront des points de contrôle et d'observation. 

 

2 - L'armée turque organise-t-elle une opération? Si oui, alors contre qui? 

Les sources militaires et diplomatiques soulignent que les actions des Forces armées turques ne repésentent pas une opération mais un déploiement. Aucun conflit avec les éléments locaux ou le régime d'al-Assad n’est visé, ni pendant, ni après le déploiement. Cependant, l'Armée turque a pris en compte tous les risques sécuritaires possibles lors des préparatifs.

 

3 - Que faut-il attendre du déploiement?

Pour que le déploiement s’effectue sans problèmes, la situation des groupes armés locaux est en cours d'évaluation.

Tahrir al-Cham, un groupe anti-régime, a récemment occupé le devant de la scène à Idleb, avec une activité croissante. Le groupe maintient un pouvoir armé considérable malgré la séparation, au cours des derniers mois, d’un grand nombre de ses composantes.

Tahrir al-Cham n'a pas fait de déclarations directes contre le déploiement des troupes turques dans la région. Par contre, ce groupe et certains groupes d’opposition s'opposent à l'entrée des différents groupes de l'Armée syrienne libre à Idlib. Ceux-ci sont prêts à venir depuis la zone l’opération Bouclier de l'Euphrate. Tahrir al-Cham justifie son opposition en disant que les autres groupes qui arriveraient dans la région sont soutenus par les États-Unis.

L’armée turque évalue également la situation délicate dans la région et s'attend à ce que les conditions soient les plus sûres pour réaliser le transfert.

 

4 - Pourquoi Idlib est-elle si importante?

Idlib est l'une des régions où la plus grande vague de violence a été observée lors de la guerre civile syrienne en cours. Après qu’Idlib a échappé au contrôle du régime d'al-Assad et que la Russie est entrée dans le conflit en octobre 2015, les frappes aériennes dans la région ont commencé.

Idlib est toutefois devenue une zone vers laquelle des millions de personnes ont été poussées, lorsque des civils fuyant les zones intérieures de la Syrie y ont cherché refuge.

Il est certain que le régime d'al-Assad, la Russie et les puissances soutenues par l'Iran entameront une grande vague de violences dans un proche avenir à Idlib, si le cessez-le-feu n'est pas protégé. Dans ce cas, des millions de personnes seraient poussées à la frontière à la recherche d'une entrée en Turquie.

Plus d'un million de personnes vivent déjà dans des camps dans une ceinture qui peut s'appeler le point zéro le long de la frontière. Selon les estimations des autorités civiles locales, environ 2,4 millions de Syriens locaux et 1,3 million de personnes déplacées vivent à Idlib. Le déploiement des forces armées turques protégera le cessez-le-feu à Idlib et empêchera l'éventuelle vague de migrants en assurant la sécurité des civils. 

 

5 - Comment Idlib est-elle liée aux menaces du PKK?

La ville d'Afrin dans le gouvernorat d’Alep qui est située au Nord-est d'Idlib, est sous l’occupation de l’organisation terroriste PKK / PYD depuis 2011. 

L'organisation terroriste doit faire en sorte que certaines parties d'Idlib soient sous son contrôle afin d'assurer un corridor vers la Méditerranée.

Dans le cadre de l'accord d'Astana, la ligne militaire formée à Idlib servira également de mur de sécurité pour empêcher le groupe terroriste de passer à Idlib.

Les trois États garants, ainsi que les représentants du régime Assad et de certaines factions de l’opposition, se sont réunis à Astana en septembre pour un sixième cycle de négociations visant à mettre fin au conflit qui perdure depuis six ans.

Un cessez-le-feu en Syrie négocié en décembre par les trois pays a conduit aux pourparlers d'Astana, qui se tiennent parallèlement aux discussions soutenues par l'ONU à Genève, visant à parvenir à une solution politique au conflit syrien. 

La Syrie a été enfermée dans une guerre civile vicieuse depuis 2011, lorsque le régime d'Assad avait réprimé les manifestations pro-démocratie avec une férocité inattendue. Depuis lors, des centaines de milliers de personnes ont été tuées dans le conflit, selon les estimations de l’ONU.


 

 

 

Mots-clés: Russie, guerre syrie, Syrie, Moyen-Orient, assad, al assad, bashar al assad, onu actualité, Actualité Syrie, bombardement syrie, pkk, pyd, Alep, pyd=pkk, terreur syrie, migration syrie, diplomatie russie, réfugié syrien, armée turque, militaire turquie, cessation hostilités syrie, syrie turquie, santé syrie, états-unis russie, russie syrie, syrie nord, Selen Temizer, turquie syrie, russie militaire, russie armée, turquie militaire, Levent Tok, Idlib, camp réfugiés syrie, iran armée, iran militaire, turquie armée, réfugiés syriens, Afrin, pyd kck, turquie russie militaire, turquie operation militaire syrie, Armée Syrienne Libre (ASL), civil moyen orient, Province de Alep, pyd menace, onu moyen orient, syrie opposition, méditerranée militaire, pkk 2017, conférence astana syrie, Hafawa Rebhi, Selen Karacaoğlu, tahrir al sham

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

  • [javascript protected email address]