Iran : les allégations de coordination de l'attaque avec Washington sont fausses et ridicules

Le MAE iranien a déclaré que la frappe de missiles lancée par les Gardiens de la révolution sur les deux bases américaines n’a pas violé la souveraineté de l'Irak

 

Zarif : Bagdad a été informée de notre frappe de riposte contre les bases américaines

L'Iran a informé le gouvernement de Bagdad avant la frappe de missiles sur les deux bases américaines en Irak, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

C’est ce qui ressort d’une déclaration de Zarif au siège de l'ambassade d'Irak à Téhéran, mercredi, après avoir signé le registre de condoléances pour les victimes du dernier raid américain.

Zarif a estimé que les frappes de missiles lancées par les Gardiens de la révolution iraniens sur les deux bases américaines ne violaient pas la souveraineté de l'Irak, selon l'agence de presse iranienne officielle IRNA.

"Le gouvernement irakien avait connaissance de la frappe iranienne (contre des bases américaines en Irak), a déclaré Zarif. Nous attachons une grande importance à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Irak."

Et de souligner que les missiles ont visé la base militaire à partir de laquelle le commandant de la Force al-Quds iranienne, Qassem Soleimani, et ses compagnons ont été pris pour cible.

Le chef du gouvernement intérimaire Irakien, Adel Abdel Mahdi, a annoncé, mercredi, que l'Iran avait informé son pays d'une frappe de missiles contre la base américaine, peu de temps avant sa mise en exécution, sans mentionner de lieux précis.

Les Gardiens de la révolution iraniens ont annoncé, à l’aube de mercredi, le ciblage de deux bases américaines en Irak, avec des dizaines de missiles balistiques, en riposte au meurtre de Soleimani, survenu vendredi dernier lors d'un raid américain à Bagdad.

L'agence iranienne semi-officielle Fars a également indiqué qu'au moins 80 personnes avaient été tuées lors de l'attaque, qui aurait causé des dommages importants à la base Al-Assad, ce qu'un responsable américain a démenti dans une déclaration à CNN.

Après l'attaque iranienne sur les deux bases, la Maison Blanche a annoncé que le Président américain, Donald Trump avait été informé de l'attaque et suivait de près l'évolution de la situation.

À son tour, le Pentagone a annoncé que l'Iran avait ciblé deux bases comprenant des forces américaines en Irak avec plus de 12 missiles balistiques, à savoir la base Ein al-Assad dans la province d'Anbar et une autre à Erbil.

Environ 5 000 soldats américains sont déployés dans des bases militaires à travers l'Irak, dans le cadre de la coalition internationale pour lutter contre Daech.

 

Iran : les allégations de coordination de l'attaque avec Washington sont fausses et ridicules

L’armée iranienne a qualifié de "fausses et ridicules" les allégations selon lesquelles elle aurait coordonné avec Washington son attaque contre deux bases américaines en Irak.

C'est ce qui ressort d'une déclaration faite par le porte-parole de l'armée iranienne, le général de brigade Abu al-Fadl Shakarji, à l'agence iranienne Fars, mercredi.

"Cette question est complètement fausse, a-t-il dit. [...] Nous considérons l'Amérique comme notre ennemi juré, et il n'y a aucune vérité dans ces allégations ridicules."

Et d’ajouter : "Il semble que les Américains ont lancé (ces fausses informations) afin d'atteindre leurs objectifs en matière de guerre psychologique. Si les Américains continuent leurs pratiques criminelles, ils seront confrontés à une réponse encore plus forte."

Les Gardiens de la révolution iraniens ont annoncé, à l'aube de mercredi, le ciblage de deux bases américaines en Irak avec des dizaines de missiles balistiques, en réponse au meurtre du commandant de la Force Al-Quds, Qassem Soleimani, par un raid américain à Bagdad vendredi.

L'agence semi-officielle "Fars" a rapporté qu'au moins 80 personnes avaient été tuées dans l'attaque, qui aurait, selon elle, causé d'importants dégâts à la base de Aïn al-Assad, ce qui a été démenti par un responsable américain dans une déclaration à CNN.

Le porte-parole du gouvernement iranien Ali Rabei a par la suite annoncé que son pays ne disposait pas de statistiques sur le nombre de morts et de dommages causés par l'attaque.

 

 

 

Mustafa Kamel, Ahmet Dursun, Mourad Belhaj

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

Article mis à jour le mercredi 8 janvier 2020, à 19h07, heure de Paris (France)

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Irak, usa iran, etats unis militaire, iran militaire, iran missile, etats-unis moyen orient, iran moyen orient, javad zarif, etats-unis irak, Qasem Soleimani, iran irak, Meurtre de Soleimani, attaque de missiles, Ministre des affaires étrangères d'Iran

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]