Liban : 6 blessés dans des affrontements entre manifestants et l'armée à Akkar

"La situation s'est détériorée sur la place Abda à la suite d'une dispute entre les manifestants et l'armée sur le moyen d'ouvrir la route sur la place du sit-in", a rapporté l'agence officielle.

 

Les affrontements entre manifestants et forces armées sur la place Abda, à Akkar (nord du Liban), ont fait six blessés.

Selon le correspondant de l'Agence Anadolu, les blessures étaient mineures et sans gravité.

L’agence de presse officielle libanaise a pour sa part déclaré que "la situation s’est détériorée sur la place Abda, à la suite d'un différend entre les manifestants et l'armée sur la façon d'ouvrir la voie vers la place du sit-in".

"Face à l'escalade de la tension, l'armée a été contrainte de lancer des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et plusieurs blessures mineures ont été signalées (sans mentionner leur nombre)", a indiqué l’agence.

Dans un contexte connexe, la Croix-Rouge a signalé, via son compte Twitter, qu’il y a eu "un problème lors d’une manifestation à Saida (sud) et que trois blessés ont été secourus jusqu'à présent, alors que des équipes de soutien se rendent sur place", sans donner plus de précisions.

Des manifestations ont lieu au Liban depuis le 17 octobre, rejetant le projet gouvernemental d'augmenter le fardeau fiscal des citoyens dans le budget 2020, afin de fournir de nouvelles ressources au pays souffrant d'une détérioration de la situation économique.

Depuis le deuxième jour des manifestations, des institutions publiques et privées au Liban, en particulier des établissements bancaires et des établissements d'enseignement ont fermé, après que les manifestants ont coupé les routes principales.

Le Premier ministre, Saad Hariri a présenté, mardi, sa démission au Président Michel Aoun.

Hariri a déclaré dans sa lettre de démission que la décision avait été prise en réponse aux demandes des manifestants, qui avaient pris la rue dans la capitale Beyrouth, et dans diverses régions du pays, exigeant la démission du gouvernement et la dissolution du parlement, la tenue d'élections anticipées et l'abolition du système de quotas sectaires en politique.

Néanmoins, les manifestations continuent de réclamer le respect des autres revendications des manifestants, alors que de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer la réouverture des routes et au retour des institutions à leur travail.

 

 

Raya Shartouni, Mourad Belhaj

 

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Liban, liban politique, armée, saad hariri, Manifestants, liban social, Hariri

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]