Genève : début des travaux de la Commission constitutionnelle syrienne

Les représentants du Régime syrien, de l’opposition et de la société civile y participent

 

L’émissaire des Nations unies (ONU) en Syrie, Geir Pedersen a lancé, mercredi à Genève, les travaux de la Commission syrienne constitutionnelle avec la participation de représentants du Régime syrien, de l’opposition et de la société civile.

"Votre mission est de mettre en place une réforme constitutionnelle qui sera soumise à l’approbation du peuple, qui participera, ainsi, à la résolution de la crise politique en application de la résolution 2254 du Conseil de sécurité", a déclaré Pedersen.

Le responsable onusien a ajouté : "je vous invite à faire preuve de patience et à proposer des solutions avec bonne foi pour bâtir une relation de confiance, c’est ce qui permettra la continuité de nos travaux. Votre présence est fondée sur une multitude de principes dont le respect des résolutions de l'ONU, l’unité territoriale de la Syrie et le respect du processus politique en Syrie."

Ce processus comprend, selon le responsable onusien, la réalisation d’élections sous la supervision de l’ONU en application de la nouvelle constitution et du processus politique en concordance avec la résolution 2254 du Conseil de sécurité.

Pedersen s’est adressé aux participants en déclarant : "votre mission est historique, elle consistera à mettre en place un travail institutionnel et un contrat social pour les Syriens après 9 ans de division et de souffrance."

L’émissaire onusien a également assuré que l’ONU n’interviendra pas dans l’élaboration de cette Constitution.

"Ne vous attendez pas à mes impressions concernant votre Constitution, qui vous appartient, à vous et aux Syriens, a-t-il insisté. Les Constitutions ne peuvent être importées de l’étranger."

Il s’est adressé aux deux chefs des délégations du Régime et de l’opposition, Ahmad Kuzbari et Hadi Albahra, en leur rappelant qu’ils devront s’entendre et collaborer grâce au consensus et aux prérogatives dont ils disposent.

Kuzbari a ainsi déclaré : "rien ne nous empêche de réviser la Constitution ou de la changer de sorte à ce qu'elle améliore notre situation et amorce un changement positif pour notre peuple."

Albahra a, de son côté, affirmé : "nous devons changer notre manière de penser, cesser d'agir en fonction de nos motivations et être à l'écoute les uns des autres. Il est temps de croire que le triomphe en Syrie passera par la justice et la paix pour tous et non pas par la guerre."

 

 

Mohamed Cheikh Youssef, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: guerre syrie, Syrie, politique syrie, cessation hostilités syrie, ONU Syrie, Nations Unies, genève, Conférence sur la Syrie, Syrie politique, avenir de la Syrie

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]