Irak : le Premier ministre ordonne le retrait de l'Armée de la ville de Sadr

L'armée irakienne a reconnu l'usage disproportionné de la force contre les manifestants.

 

La cellule d’Information de l’armée irakienne a déclaré, lundi, que le Premier ministre Adel Abdel-Mehdi a ordonné le retrait des forces militaires déployées dans la ville de Sadr à l’est de Bagdad et leur substitution par les forces de la police fédérale.

Un communiqué de l’armée irakienne a ajouté que cette mesure intervient en réaction aux événements survenus dimanche.

Les forces de l’ordre irakiennes ont eu recours aux balles réelles, aux bombes sonores et au gaz lacrymogène pour disperser les manifestations prétextant leur non autorisation, faisant au passage 15 morts et 18 blessés d’après une source sécuritaire.

Le même communiqué a également reconnu "l’usage disproportionné de la force en discordance avec les règles de traitement des contestations".

L’armée irakienne a, ainsi, expliqué que "les officiers responsables de cet usage disproportionné de la force contre les manifestants seront poursuivis et feront l’objet d'un Conseil d’instruction immédiat".

L’armée irakienne a également mis en garde toutes les forces sécuritaires contre toute violation des règles de la lutte anti-émeute.

Les manifestants revendiquent, depuis mardi dernier, l’amélioration de la qualité des services, de l’emploi et de la lutte contre la corruption. Certains revendiquent même la chute du régime en raison du grand nombre de morts et de blessés.

Les manifestants ont, également, défié le couvre-feu imposé par les autorités depuis jeudi à Bagdad et dans plusieurs autres villes du pays. Ils accusent également les forces de l’ordre d’avoir ouvert délibérément le feu alors que ces dernières réfutent ces accusations en affirmant qu’il s’agit de "tireurs d’élite inconnus prenant pour cibles les manifestants et les forces de l’ordre pour semer la discorde et le chaos".

Plus de 110 personnes ont, ainsi, été tuées et des milliers blessées, ont affirmé des sources médicales. Les autorités irakiennes ne sont pas parvenues à atténuer le mouvement de contestation en dépit du couvre-feu décrété jeudi et vendredi.

Le ministère irakien de l’Intérieur a annoncé, dimanche, au cours d’une conférence de presse que 104 personnes dont 8 membres des forces de l’ordre ont été tuées lors de ces manifestations. 6107 personnes ont été blessées depuis mardi dernier.

L’Irak est l’un des pays les plus corrompus du monde. La corruption qui s’additionne aux perturbations sécuritaires, entrave toute tentative gouvernementale de réforme et d’amélioration de la situation économique. Une situation déplorable en dépit de l’importance de la rente pétrolière du pays.

 

 

Ibrahim Salah, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: Irak, Bagdad, violence irak, violence bagdad, Sadr City, irak armée, Manifestations, Manifestations à Bagdad, Manifestations en Irak, Adel Abdel Mehdi

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]