Syrie : 6 civils tués dans un raid russe sur la zone de désescalade d'Idleb

Dans des raids du régime syrien et de ses alliés russes.

 

Six civils ont été tués, dans la nuit de mercredi à jeudi, à la suite d'un raid aérien mené par le régime syrien et ses alliés russes dans la zone de désescalade d'Idleb dans le nord de la Syrie.

Selon les informations recueillies par le correspondant d'Anadolu auprès de l'Observatoire du trafic aérien relevant de l'Opposition syrienne, les avions russes ont ciblé plusieurs villages et localités, inclus dans la zone de désescalade.

D'après ces informations, 4 civils ont été tués dans les frappes sur le village de Deyr Garbi, et 2 autres sur le village de Tell Mennis.

Le correspondant de l'AA a rapporté que les équipes de la Défense civile (Casques blancs) poursuivent les opérations de recherche et de secours.

Depuis le 26 avril dernier, le Régime syrien et ses alliés mènent une campagne de raids intensifs sur la zone de désescalade, convenue lors des pourparlers d'Astana.
Vers la mi-septembre 2017, les pays garants du processus d’Astana (Turquie, Russie et Iran) avaient annoncé un accord relatif à la création d’une zone de désescalade dans la province d’Idleb et ses environs.

La zone de désescalade est actuellement habitée par près de 4 millions de civils, dont des centaines de milliers déplacés de leurs villes durant les dernières années.

En juillet dernier, le Réseau syrien des droits de l’Homme avait indiqué dans un rapport que 843 civils ont été tués lors des attaques du Régime syrien et de la Russie, depuis le 26 avril dernier.

 

Syrie : au moins 5 civils tués dans un raid aérien des forces du Régime contre la zone de désescalade à Idleb, mercredi

Un raid aérien mené par l’aviation du Régime syrien et des chasseurs russes mercredi contre la zone de désescalade dans le nord de la Syrie a fait au moins 5 morts parmi les civils et pas moins de 10 blessés.

Le correspondant de l'Agence Anadolu a ainsi affirmé que les villes de Maaret al-Noamane et de Saraqeb et plusieurs localités situées dans les environs d’Idleb et de Hama ont été visées par ces attaques aériennes.

Des sources à la Défense civile syrienne (Casques Blancs), ont affirmé que deux civils ont été tués dans la localité d’Al Bacharia et deux autres dans les localités d’Al-Tah et de Maarishmarin. Un cinquième civil, employé dans un centre de soins a été tué à Talamans.

L’Observatoire du trafic aérien relevant de l’Opposition syrienne a, pour sa part, affirmé sur les réseaux sociaux que les chasseurs qui ont bombardé les localités d’Al-Tah et de Talamans font partie des forces aériennes russes.

Le Régime d’al-Assad et ses alliés bombardent, depuis le 26 avril, la zone de désescalade à Idleb parallèlement à une opération militaire terrestre qui a fait plus de 500 morts parmi les civils, d’après les statistiques des Nations Unies.

La Turquie, la Russie et l’Iran ont annoncé à l’issue d’une réunion à Astana au mois de mai 2017, la création d’une zone de désescalade à Idleb et ses environs.

Les violations du Régime d’al-Assad contre cette zone de désescalade ont poussé la Turquie et la Russie à conclure l’accord de Sotchi en septembre 2018, dont l’objectif est de réaffirmer l’instauration du cessez-le-feu à Idleb.

Plus de 4 millions de civils sont actuellement à Idleb dont des centaines de milliers de déplacés fuyant la campagne militaire du régime.

 

Al-Assad, avec le soutien de la Russie, assiège totalement Khan Cheikhoun

Le régime d'al-Assad qui, avec le soutien aérien de la Russie, ignore les accords d'Astana et d'Idleb, a totalement assiégé la ville de Khan Cheikhoun en Syrie.

Les forces du régime avaient lancé une offensive contre Khan Cheikhoun, avant hier lundi, avec le soutien des terroristes contrôlés par l'Iran, des forces spéciales russes et des forces paramilitaires.

Après s'être emparé des points de contrôle de Fakir et Nimr, à l'entrée Ouest de la commune, c'est le point Hazzanat qui est tombé cette après midi entre les mains du régime syrien.

Ainsi, les forces du régime qui progressent à travers le village et les monts Teri, situées dans le Nord-est du district, ont totalement assiégé la ville de Khan Cheikhoun.

Khan Cheikhoun compte un nombre réduit d'hommes en arme de l'opposition alors que près de 112 mille personnes ont fui la ville.

Rattachée à la province d'Idleb, la ville de Khan Cheikhoun avait subi une attaque chimique de régime le 4 avril 2017, provoquant la mort de 100 personnes.

Les Etats-Unis avaient, en représailles, bombardé la base syrienne d'Ash Sha'irat et l'Organisation des Nations Unies (ONU) avait ouvert une enquête à la suite de cette attaque.

La Turquie, la Russie et l'Iran avaient décrété, au cours de la réunion d'Astana du 4-5 mai 2017, la province d'Idleb, comprenant également la ville de Khan Cheikhoun, de zone de désescalade.

Malgré cela, Khan Cheikhoun a continué d'être la cible des forces du régime et de ses soutiens.

Actuellement, il n'y a plus aucun civil dans le centre de Khan Cheikhoun.

 

 

 

Eşref Musa, Levent Tok, Burak Karacaoğlu, Selen Temizer, Ayvaz Çolakoğlu, Mohammed Maher Ben Romdhane, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Russie, Syrie, russie syrie, Bachar al-Assad, Régime syrien, Civils tués, Khan Cheikhoun, zone de désescalade d'Idleb, attaques à Idleb

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]