L'Iran laissera la porte ouverte à la préservation de l'accord de Vienne

Au cours d’un entretien téléphonique avec son homologue français, Emmanuel Macron, le leader iranien Rohani, a rejeté les sanctions qui visent l’Iran.

 

Le président iranien, Hassan Rohani, a déclaré, jeudi, que son pays « gardera la porte ouverte » à la préservation de l’accord sur le nucléaire iranien.

Au cours d’un entretien téléphonique avec son homologue français, Emmanuel Macron, Rohani, a rejeté les sanctions dont l’Iran fait l’objet en affirmant que si la situation actuelle se poursuit, « son pays sera contraint de passer à la troisième phase de son plan ». Rohani n’a, toutefois, pas apporté davantage de précisions quant à la dite « troisième phase ».

Rohani a également affirmé qu’il accorde beaucoup d’importance aux efforts de la France pour préserver l’accord sur le nucléaire iranien.

Il a néanmoins mis en garde contre l’accentuation des sanctions américaines sur son pays. Des sanctions qui ne feront que générer davantage d’obstacles pour la préservation de l’accord sur le nucléaire iranien, a-t-il indiqué.

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a annoncé, mercredi, que la préservation de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien est une « responsabilité conjointe » sur le plan international.

Mogherini a ajouté que « plus l’Iran persiste dans cette voie, plus il sera difficile, techniquement, de reprendre intégralement l’application de l’accord sur le nucléaire iranien ».

Les Etats de l’Union Européenne signataires de l’accord sur le nucléaire iranien ont exprimé leur volonté de poursuivre sa mise oeuvre en appelant l’Iran à respecter ses engagements contenus dans ce même accord.

La tension s’est accentuée entre Washington et des pays du Golfe, d’une part, et l’Iran, d’autre part, et ce, depuis le désengagement partiel de Téhéran de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien.

L’Iran avait pris cette décision, en mai dernier, un an après le retrait de Washington de l’accord et la mise en place de nouvelles sanctions visant à l’obliger à renégocier des dispositions de l'accord de Vienne.

 

 

 

Abduljabbar Aburas, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: États-Unis, France, Iran, Allemagne, rohani, rouhani, emmanuel macron, Macron, Président iranien Hassan Rohani, Accord nucléaire, Accord de Vienne

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]