Zarif présentera un rapport à Erdogan, sur son entretien avec al-Assad

Le MAE iranien a ajouté que l'Iran poursuit le dialogue avec la Turquie, la Russie et l'ONU sur la création du Comité constitutionnel syrien.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Jawad Zarif présentera un rapport au président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, sur son entretien avec Bachar al-Assad.

Le chef de la diplomatie iranienne a effectué une visite dans la capitale turque, Ankara, mercredi.

Il s'est entretenu avec son homologue turc, Mevlut Cavusoglu. Après la réunion, les deux ministre ont animé un point de presse conjoint.

"J'ai eu un long entretien avec al-Assad en Syrie, a-t-il déclaré. Je présenterai à M. Erdogan un rapport concernant la discussion."

Zarif a déclaré souhaiter que les pays de la région aient de bonnes relations entre eux.

Il a insisté que son pays n'ingère pas dans les problèmes internes ou externes d'un autre pays.

En outre, il a ajouté que l'Iran poursuit le dialogue avec la Turquie, la Russie et les Nations unies (ONU) sur la création du Comité constitutionnel syrien.

Il a rappelé que la prochaine session du processus d'Astana se tiendra bientôt à Noursoultan, que "la paix et la sécurité du peuple turc est très important pour l'Iran, et que la coopération étroite se poursuit".

Zarif a, en outre, fait remarquer que la Turquie s'oppose, de manière rationnelle et conformément aux lois, aux sanctions imposées par les États-Unis.

"Malheureusement, les États-Unis ignorent le droit, a-t-il déclaré. Ils ont piétiné le droit international en abandonnant les négociations du P5+1, en reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël, en proclamant les Gardiens de la révolution comme organisation terroriste."

Quant aux relations commerciales bilatérales avec la Turquie, Zarif a noté qu'ils sont loin de l'objectif de 30 milliards de dollars de volume commercial.

"Malgré les sanctions américaines, Iran poursuit ses activités commerciales, a-t-il conclu. Par ailleurs, les États-Unis ont continué d'exporter vers l'Iran, ce qui est très important. Cela reflète clairement la politique négative américaine. Nous n'avons aucun problème commercial avec les entreprises américaines. Nous ne permettrons pas que les États-Unis influencent nos relations commerciales avec les autres pays."

 

 

Tuğrul Çam, Tevfik Durul, Ahmet Dursun, Nur Asena Gülsoy

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]