Irak: Démission de deux ministres et un 3e suspend son adhésion au gouvernement

Le ministre du Pétrole, qui a gelé son adhésion au gouvernement, appartient, comme ceux du Transport et des Sports, au mouvement chiite , le Conseil Supérieur Islamique.

AA / Bagdad / Ibrahim Salah - Deux ministres ont présenté jeudi leur démission au Premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, alors qu’un troisième, ayant déjà présenté sa démission en février dernier, a suspendu son adhésion au gouvernement.

Il s’agit du ministre du Pétrole, Adel Abdelmehdi, du ministre du Transport, Baqer Jabr al-Zubeidi et de celui des Sports et de la Jeunesse, Abdel Hassine Abtane. Les trois responsables sont des politiques de premier rang au «Conseil supérieur islamique», mouvement chiite proche de l’Iran et présidé par Ammar al-Hakim.

Ces démissions interviennent quelques temps avant un remaniement ministériel attendu en vue de pourvoir certains départements de responsables technocrates.

Les ministres du Transport et des Sports ont affirmé, dans une déclaration rapportée par la chaîne de télévision «l’Euphrate», qu’«ils n’assisteront pas aux réunions du conseil des ministres tant qu’on ne s'est pas encore prononcé sur leur démission».

Quant au ministre du Pétrole, il a écrit sur son compte Facebook qu’il «avait décidé de ne plus participer aux réunions du conseil des ministres et de ne plus se rendre à son département jusqu’à ce que le Parlement tranche sur la démission qu’il avait présenté en février dernier à al-Abadi».

Abdelmehdi a expliqué le gel de son adhésion au gouvernement par «le climat de tension et d’anarchie qui régne ainsi que par les surenchères [politiques] qui sévissent dans les ministères de l’Etat».

Le «Conseil supérieur islamique», membre de la «Coalition nationale chiite», a 28 sièges au Parlement irakien sur un total de 328 et trois ministères au gouvernement actuel.

Le Premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, présentera au Parlement, samedi, «une liste de neuf ministres technocrates pour un vote de confiance», selon Aboud al-Issaoui, membre de «la Coalition de l’Etat de droit», formation politique d'al-Abadi.

Le remaniement ministériel s’effectuerait en deux étapes et concernerait, dans sa première phase, 4 ministres de l’Alliance nationale (chiite), 3 ministres de la Coalition de l’Union des Forces irakiennes (sunnite) et 2 ministres de l’Alliance kurde (kurde), d’après des médias locaux.

Le chef du mouvement sadriste, Moqtada al-Sadr avait lancé, le mois dernier, au Premier ministre un ultimatum de 45 jours pour former un gouvernement de technocrates et lutter contre la corruption.


 

Irak

Mots-clés: Irak, Zone Verte - Bagdad, zone verte iraq, violence irak, guerre iraq, gouvernement irak

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]