Cavusoglu : La formation de la Commission constitutionnelle syrienne est en phase finale

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que le Processus d'Astana a apporté une contribution tangible à la réduction de la violence et à l'avancement du processus politique en Syrie, et que la formation de la Commission constitutionnelle syrienne est en phase finale, et ce, grâce aux efforts conjoints.

 

C'est ce qui ressort de son allocution prononcée, jeudi, lors de la séance d’ouverture de la conférence "Soutenir l’avenir de la Syrie et de la région", organisée par les Nations Unies (ONU) à Bruxelles.

Cavusoglu a souligné que "trouver une solution pour la guerre en cours depuis 8 ans en Syrie doit être la priorité principale de la Communauté internationale".

Il a affirmé que la Turquie contribue à la solution politique en Syrie à travers le processus d'Astana, en pleine coordination avec les Nations Unies.

"Le processus d'Astana, qui se veut complémentaire des négociations de Genève, a fourni une contribution tangible à la réduction de la violence et à l'avancement du processus politique... Grâce à nos efforts conjoints, nous sommes en phase finale de la formation de la Commission électorale syrienne", a-t-il poursuivi.

Le ministre turc a souligné "qu'après la formation de la Commission constitutionnelle, une atmosphère propice s'installera pour la tenue d'élections libres et équitables en Syrie, sous les auspices de l'ONU".

Par ailleurs, il a noté que le processus d'Astana a également contribué à bâtir la confiance en assurant la libération réciproque des détenus entre le régime d'al-Assad et l'opposition.

Cavusoglu a signalé que "l'accord sur la zone de désescalade dans la province d'Idlib a permis d'éviter une nouvelle tragédie humanitaire et de prévenir une nouvelle vague de migration vers la Turquie et l'Europe".

Il a affirmé que la Turquie s'est engagée dans l'Accord d'Idlib, malgré toutes les provocations, et elle est déterminée à maintenir le calme dans la région.

S'agissant de la décision des Etats-Unis de se retirer de la Syrie et de réduire sa présence militaire, le ministre turc a indiqué qu'il s'agit "d'un nouveau défi".

Il a appelé à prévenir un vide politique et à empêcher le régime syrien et les organisations terroristes, telles que Daech, le PYD et le YPG, de profiter de la situation dans la région.

Cavusoglu a souligné que le retrait américain doit prendre en compte l'intégrité territoriale de la Syrie et les préoccupations sécuritaires de la Turquie.

 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]