Syrie: Le Régime bombarde Idlib avec du phosphore blanc interdit sur le plan international

80 bombes ont été larguées lors de deux attaques sur la ville, selon la déclaration du directeur de la Défense civile à Idlib, Mostafa Haj Youssef, à Anadolu.

Les forces du Régime syrien et les groupes pro l'Iran ont attaqué la localité d'al Tamana, dans le Rif d'Idlib, avec des bombes au phosphore blanc, interdit sur le plan

international.

Le directeur de la Défense civile à Idlib (Casques Blancs), Mostafa Haj Youssef, a déclaré à Anadolu que "les forces du Régime syrien ont mené deux attaques et ont largué 40

bombes chargées de phosphore blanc dans chaque attaque".

"Nous n'avons pour le moment aucune information sur des morts ou des blessés à la suite des deux attaques", a-t-il ajouté.

Il a indiqué que les forces du Régime d'al-Assad et les groupes terroristes pro l'Iran, stationnées dans la localité d'Abu Dali dans la province de Hama, ont participé à l'attaque.

Des images filmées par Anadolu ont montré la chute des bombes au phosphore blanc sur la localité, phosphore blanc dont l'utilisation est interdite par le droit international.

Le phosphore blanc est une substance qui brûle le corps humain et ne conserve que les os. Une fois inhalée pendant longtemps, elle provoque des plaies dans la bouche et

brise l'os de la mâchoire.

L'Accord de Genève de 1980 réprouve son utilisation contre les civils voire même les militaires dans les régions habitées par les civils. Son utilisation est considérée comme

"crime de guerre".

A souligner que la majorité des habitants d'al-Tamana ont été obligés de se déplacer en raison des attaques intensives des forces du Régime sur la localité.

Dans le même contexte, la ville de Kafr Zeita et les localités de Latmana et de Morouk à Hama ont été bombardées par les forces du Régime syrien.

Les attaques menées par les forces du Régime de Bachar al-Assad et des groupes pro l'Iran se sont intensifiées récemment sur la zone de désescalade, violant l'Accord de

Sotchi.

Les attaques terrestres et aériennes sur la zone de désescalade ont fait 124 morts et 362 blessés dans les rangs des civils depuis le début de l'année courante.

L'Accord de Sotchi a été conclu entre la Turquie et la Russie en septembre 2018 dans le but de maintenir le cessez-le-feu à Idleb.

En vertu dudit accord, l'Opposition avait retiré ses armes lourdes de la région incluse dans l'accord le 10 octobre 2018.



 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]