MAE turc : «Nous discutons avec Washington de l'acquisition des Patriot»

"Le Congrès doit donner le feu vert à une telle acquisition. Si nous trouvons un accord et que nos intérêts sont préservés, alors nous achèterons les Patriot. Sinon, il existe des alternatives", a notamment déclaré le ministre turc des Affaires étrangères.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a expliqué que les discussions et négociations en cours avec Washington concernant l’éventuel achat par Ankara du système de défense antiaérienne Patriot arrivent seulement deux ans après la requête officielle formulée par la Turquie.

Le Chef de la diplomatie turque était, vendredi, interviewé par une chaîne locale de la ville d’Eskisehir, Kanal 26, dans le centre-ouest de la Turquie où il était en déplacement.

Outre les questions liées aux affaires internes et les futures élections municipales du 31 mars en Turquie, Mevlut Cavusoglu a été interpellé sur les discussions en cours avec les Etats-Unis concernant le système Patriot.

"Sur la question des Patriot, 2 ans après, une réponse favorable à notre courrier nous est parvenue des Américains. Ils nous ont dit qu'ils pouvaient nous vendre les Patriot, donc nous discutons", a-t-il expliqué.

Le ministre a rappelé que la conjoncture et les évènements dans la région et la menace terroriste rendent nécessaire l’acquisition de ce type de systèmes par la Turquie.

"Nous avons conclu un accord avec la Russie pour le système S400. Il sera livré vers l’automne cette année. Alors que nous nos alliés occidentaux nous refusaient l’acquisition de leurs systèmes, nous avons conclu avec la Russie. Cet accord est ficelé et nous ne ferons pas marche arrière", a-t-il répété.

Cavusoglu a par ailleurs expliqué que les discussions avec les Américains sur le système Patriot se poursuivent sur plusieurs aspects : le prix, le délai de livraison, la possibilité de produire conjointement et le transfert de technologies.

"Nous ne pouvons accepter que l’on nous impose des conditions. Nous avons besoin de garanties de la part des Etats-Unis. Le Congrès doit donner le feu vert à une telle acquisition. Si nous trouvons un accord et que nos intérêts sont préservés, alors nous achèterons les Patriot. Sinon, il existe des alternatives", a-t-il conclu.

 

 

Deniz Açık, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]