Akar : Notre préoccupation principale en Syrie est la sécurité de nos frontières et de notre peuple

Le ministre turc de la Défense a indiqué qu'un million de personnes ont été tuées en Syrie par le régime et les terroristes.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a réitéré, dimanche, le respect d'Ankara de l'intégrité territoriale de la Syrie, ajoutant que la préoccupation principale de son pays était la sécurité de ses frontières et de son peuple.

C'est ce qui ressort de son discours prononcé lors d'une réunion sur la Syrie à la conférence de Munich sur la sécurité, avec la participation de l'émissaire des Etats-Unis pour la Syrie, James Jeffrey, et le ministre libanais de la Défense, Ilyas Bou Saab, le secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, Ahmed Aboul Gheith, et le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

"Nous respectons l'intégrité territoriale de la Syrie, mais la question principale pour nous (...) est la sécurité de nos frontières et de notre peuple... la cause principale est la sécurité pour nous débarrasser des terroristes de l'YPG ou de Daech", a-t-il ajouté.

S'agissant de la zone sécurisée à mettre en place au nord de la Syrie, près des frontières turques, Akar a expliqué qu '"elle sera d'une longueur de 440 kilomètres à l'est de l'Euphrate, après le démantèlement des terroristes de l'YPG".

Il a souligné que la zone de sécurité devrait être "sous le contrôle des forces armées turques".

Il a noté que l'Accord d'Adana signé entre Ankara et Damas en 1998 donne à la Turquie la possibilité de lutter contre les terroristes.

"La situation en Syrie rend Damas incapable de faire face aux terroristes, et c'est pourquoi nous sommes là-bas pour combattre le terrorisme", a-t-il martelé.

"Grâce à la Turquie, plus de 300 mille réfugiés syriens ont pu rentrer dans leur pays", a-t-il ajouté.

"Selon nos chiffres, un million de personnes en Syrie ont été tuées par le Régime et les terroristes", a déclaré Akar en réplique à la déclaration de James Jeffrey faisant état de la mort de 500 mille personnes en Syrie depuis 2011".

Quant au processus politique à adopter pour résoudre la crise, le ministre turc a déclaré que son pays espérait que des élections soient tenues en Syrie et qu'un gouvernement légitime soit formé, soulignant la nécessité de redoubler d'efforts pour empêcher une crise humanitaire dans la région.

 

 

Cüneyt Karadağ, Bahattin Gönültaş, Mona Saanouni, Hişam Şabani, Fadi İssa

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]