Celik: «La Turquie veut une enquête internationale sur l'affaire Khashoggi»

Celik: «La Turquie veut une enquête internationale sur l'affaire Khashoggi»

Le porte-parole du Parti de la Justice et du Développement (AK Parti) a notamment condamné la politique des Etats-Unis et de l'Europe vis-à-vis du Venezuela.

 

Le porte-parole du Parti de la Justice et du Développement (AK Parti), Omer Celik, a assuré que la Turquie souhaite qu’une enquête internationale soit ouverte au sujet de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Celik a répondu, vendredi, aux questions de la télévision privée turque NTV lors d’une interview.

Après s’être exprimé sur les questions de politique intérieure, alors que le pays de prépare à des élections municipales le 31 mars, le représentant de l’AK Parti a ensuite évoqué les sujets régionaux et internationaux.

Celik est d’abord revenu sur la présence en Turquie de la Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires du Haut-Commissariat des Nations Unies (ONU) aux droits de l'Homme, Agnes Callamard, chargée d’enquêtée sur l’affaire Khashoggi, ce journaliste saoudien qui avait été tué dans l’enceinte du consulat de son pays à Istanbul, le 2 octobre 2018.

"Nous oeuvrons pour l'ouverture d'une enquête internationale et invitons le monde dans ce sens. Une enquête internationale respectable doit être ouverte et les conclusions de cette enquête devront être respectées par tous", a-t-il assuré.

Il a également renouvelé l’appel d’Ankara pour une coopération et transparence totales des autorités saoudiennes, affirmant qu’il ne faut rien cacher dans cette affaire.

Celik a rappelé que des questions très importantes restent en suspens, notamment sur le lieu où se trouve le corps du défunt mais surtout sur l’identité des commanditaires.

Il a, dans ce sens, qualifié de scandale le fait que la délégation onusienne n’a pas été autorisée à pénétrer dans le consulat saoudien à Istanbul.

Concernant les développements au Venezuela, Omer Celik a clairement condamné la politique américaine, assurant que certains responsables américains appellent ouvertement l’armée vénézuélienne à entreprendre un putsch contre le président élu Nicolas Maduro.

Le responsable politique turc a également fustigé la décision du Parlement Européen (PE) qui, jeudi, a reconnu Guaido comme "le président par intérim légitime" du Venezuela.

"Le PE était dans le passé une école de la démocratie. Aujourd’hui, elle impose sa signature dans tout ce qui est antidémocratique. Le Président du Parlement avait mis trois mois à venir en Turquie après la tentative de coup d’état du 15 juillet 2016. Comment peut-il mettre au temps de temps pour se rendre dans un pays partenaire dont le parlement a été bombardé par les putschistes ?", a-t-il estimé.

"Nous sommes très déçus de ces comportements de nos alliés occidentaux", a-t-il ajouté.

Enfin, Omer Celik a voulu répondre aux allégations reprises par certaines politiques et médias en Turquie au sujet d’un prétendu accord avec le Fond Monétaire International (FMI) pour un prête en faveur de la Turquie.

"Nos concitoyens savent que quand ils voient une information affirmant que 'le gouvernement a conclu un accord avec le FMI' c'est totalement faux", a-t-il lancé.

 

Semra Orkan, Çiğdem Alyanak, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: AK Parti, ömer çelik, Jamal Khashoggi, Affaire Khashoggi

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]