Turquie/AK Parti: «Démocratie et vandalisme ne peuvent coexister»

Turquie/AK Parti: «Démocratie et vandalisme ne peuvent coexister»

Publié par Nur Asena Gülsoy le . Publié dans Actualité Turquie

Le porte-parole du parti, Celik a déclaré condamner certains appels politiques faits par les représentants des Gilets jaunes.

 

La démocratie et le vandalisme ne peuvent en aucun cas coexister, a déclaré le porte-parole du Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti, pouvoir en Turquie), Omer Celik.

Celik a animé un point de presse alors que la réunion du Conseil central de décision et exécutif de son parti se poursuivait, mardi à Ankara.

Interrogé sur la situation en France et les manifestations des «gilets jaunes», le porte-parole a déclaré: «La démocratie et le vandalisme ne peuvent en aucun cas coexister. Nous sommes contre le vandalisme, mais aussi contre un usage disproportionné de la force. Cependant, la situation est très complexe. Il ne faut pas tout considérer comme des revendications sociales. Un représentant des manifestants a fait un appel à 'la démission du Premier ministre en faveur d'un ancien chef d'État-major'. Nous ne considérons pas ces appels comme innocents, ils virent au vandalisme et à la barbarie. Nous les condamnons.»

Concernant les allégations selon lesquelles le président du Service de Renseignement turc (MIT), Hakan Fidan, aurait informé des sénateurs américains à propos de l'assassinat du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, Celik a affirmé: «Lors de sa visite [aux États-Unis], le chef du MIT n'a fait une présentation officielle devant aucun organe ou aucune commission du Sénat américain. Il s'est réuni avec quelques sénateurs membres de certains comités, dans le cadre d'un forum sécuritaire.»

Celik a insisté que Fidan a informé le président turc, Recep Tayyip Erdogan, de ses contacts, au terme de sa visite.

Le porte-parole a aussi commenté les informations selon lesquelles les États-Unis entraînent 35 à 40 mille personnes dans le Nord-est de la Syrie.

«Pour nous, ces démarches ne relèvent pas d’une bonne intention», a-t-il martelé, appelant les responsables sécuritaires américains à tirer des leçons de leurs erreurs précédentes, dont celles en Afghanistan.

Celik a insisté qu'entraîner des dizaines de milliers de personnes en Syrie, sera considéré par Ankara comme un nouveau soutien aux organisations terroristes.

«La République de Turquie réagira immédiatement aux menaces visant sa sécurité nationale, quelle qu’en soit la provenance», a-t-il conclu.

 

İlkay Güder, Nur Asena Gülsoy, Nevzat Demirkol

Photographie : Archive, Agence Anadolu


 

ACTUALITÉ CONNEXE "FRANCE / GILETS JAUNES"

France/Gilets jaunes: La gauche dépose une motion de censure contre le gouvernement (11 décembre 2018)

France : Macron décrète l’état d’urgence économique et sociale (10 décembre 2018)

France / Gilets Jaunes : 4523 interpellations et 4099 gardes à vue depuis mi-novembre (10 décembre 2018)

France : Macron à l'écoute d'élus et de partenaires sociaux (10 décembre 2018)

La Russie dément soutenir les «Gilets jaunes» (10 décembre 2018)

Erdogan: «Ils sont aveugles, sourds et muets devant les évènements à Paris» (10 décembre 2018)

Manifestations des Gilets Jaunes au Monténégro (9 décembre 2018)

La Turquie critique la France pour son usage excessif de force contre les Gilets Jaunes (9 décembre 2018)

France/Gilets Jaunes: 56 blessés à Paris (8 décembre 2018)

Lyon: La Fête des lumières maintenue malgré les Gilets jaunes (8 décembre 2018)

France : 72% des Français soutiennent les « gilets jaunes » (3 décembre 2018)

La Turquie émet un avertissement de voyage pour la France citant des manifestations (2 décembre 2018)

Les manifestations des Gilets jaunes continuent en France (2 décembre 2018)

France/Gilets jaunes: la rencontre de Matignon tourne au Fiasco (30 novembre 2018)

France, Gilets jaunes : Macron dénonce les «scènes de guerre» (26 novembre 2018)

France, «Gilets jaunes» : Le bilan passe à deux morts et 530 blessés (21 novembre 2018)

France : Une personne morte dans les manifestations des «gilets jaunes» (17 novembre 2018)

 



L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer