La Turquie et la Libye ne permettront pas de fait accompli: Porte-parole turc

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Turquie a déclaré que l’accord sur la juridiction maritime entre les pays était conforme au droit international ainsi qu'à la Convention des Nations Unies sur la mer.

 

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères turc a fait état dimanche que le mémorandum d'accord récemment signé entre la Turquie et le gouvernement d'accord national reconnu par les Nations Unies à la Libye sur les juridictions maritimes était conforme au droit international.

"A travers cet accord avec la Libye, les deux pays ont clairement manifesté leur intention de ne permettre aucun fait accompli [en Méditerranée orientale]", a déclaré Hami Aksoy dans un communiqué officiel en réponse aux déclarations de l'Égypte et de la Grèce.

L'accord a déterminé une partie des juridictions maritimes de la Turquie dans la région, a noté Aksoy, ajoutant qu'il "est conforme aux décisions de justice qui établissent la jurisprudence internationale et le droit international, y compris les articles pertinents de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. "

Rappelant que la Turquie possède la plus longue ligne de côte continentale de la Méditerranée orientale, le communiqué indique: "Les îles situées de part et d'autre de la ligne médiane entre deux continents ne peuvent pas créer de zones de juridiction maritime au-delà de leurs eaux territoriales, et la longueur et l'orientation des côtes devraient être prises en compte dans la délimitation des zones de juridiction maritime. "

Se référant aux pays de la région, Aksoy a déclaré que l'action du gouvernement turc était fondée sur le droit international et "une approche fondée sur l'équité", tandis que les pays qui rejetaient les arguments légitimes de la Turquie, prenaient des mesures unilatérales, tout en accusant la Turquie.

Il a également souligné que la simple présence de l'île Meis - ou de Kastellorizo ​​- en bordure de la plaque continentale turque ne pouvait avoir aucun effet sur les territoires maritimes d'Ankara contrairement aux arguments de la Grèce et des Chypriotes grecs.

Faisant référence à ces arguments comme "maximalistes et sans compromis", Aksoy a rappelé qu'une approche similaire avait déjà fait perdre à l'Egypte 40 000 kilomètres carrés de son territoire maritime.

 

 

Ali Murat Alhas, Ümit Dönmez

Photographie : Archives, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Libye, turquie grèce, Méditérranée Orientale, turquie égypte, méditerranée orientale économie, turquie libye, turquie chypre nord, gaz en Méditerranée orientale, forage en Méditerranée orientale, zone économique exclusive

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]