Erdogan : l'opération reprendra si les promesses ne sont pas tenues au bout des 120 heures

"Si nos avertissements concernant le PKK/YPG avaient été pris en compte, nous n'aurions pas eu ce problème maintenant", a regretté le Président turc, lors d'une réunion avec les représentants de la presse étrangère, à Istanbul.

 

L'opération Source de Paix reprendra si les promesses ne sont pas tenues au bout des 120 heures, a déclaré le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de l'État turc a prononcé un discours lors de la réunion avec les membres de la presse étrangère, vendredi à Istanbul.

Il a tout d'abord rappelé que "c'est la Turquie qui a mené la lutte la plus efficace contre les éléments de Daech en Syrie".

"Parmi les 3,6 millions de Syriens que nous accueillons, 350 mille sont des Kurdes ayant fui les zones occupées par le PKK/YPG, a précisé Erdogan. Nous prévoyons le retour d'un à deux millions de réfugiés syriens dans la zone sécurisée."

Le Président a fait remarquer que certains pays, les États-Unis et les pays de l'Europe surtout, "ont changé d'attitude lorsque la Turquie a atteint 30 km de profondeur rapidement".

"Les réactions sont devenues irrationnelles lorsqu'il s'est avéré que la Turquie achèverait l'opération Source de Paix avec réussite, a-t-il insisté. L'opération Source de Paix n'est pas une démarche soudaine. Les préparatifs datent de 3, 4 ou 5 ans. Nous avons pris sous contrôle 65 zones d'habitation, dont les centres de Tall Abyad et Ras-el Ayn; quatre de nos soldats et 74 membres de l'Armée nationale syrienne sont tombés en martyr. Nous avons neutralisé environ 750 terroristes."

Erdogan a noté que la Turquie a été obligée de mener cette opération.

"Si nos avertissements concernant le PKK/YPG avaient été pris en compte, nous n'aurions pas eu ce problème maintenant, a-t-il regretté. L'Armée turque ne se retirera pas de la région, car assurer la sécurité requiert cela. De plus, la Turquie a déclaré respecter l'intégrité territoriale et l'unité politique de la Syrie depuis le début, à chaque occasion."

Le Président a aussi commenté l'accord trouvé avec les États-Unis concernant l'opération.

"Si les promesses ne sont pas tenues, l'opération Source de Paix continuera, à l'instant même où le délai de 120 heures prendra fin, a-t-il souligné. Mais la question de zone sécurisée sera réglée si les États-Unis tiennent les promesses qu'ils ont faites, au bout du délai de 120 heures."

Erdogan a dit souhaiter que "le Comité constitutionnel qui se réunira le 30 octobre à Genève, marque le début du processus politique pour la Syrie".

"Dès que le travail pour une nouvelle constitution sera terminé, et que l'intégrité territoriale et l'unité politique de la Syrie seront assurées, un gouvernement légitime dirigera le pays entier, a-t-il ajouté. Qu'on ne tolère plus jamais les organisations terroristes comme le PYD/PKK/YPG ou Daech."

Précisant qu'il discutera, avec son homologue russe, Vladimir Poutine, mardi prochain à Sotchi, des aspects qui concernent la Russie et le régime syrien, Erdogan a aussi critiqué la lettre de son homologue américain, Donald Trump, dévoilée par les médias.

"Cette lettre, ne relevant aucunement de courtoisie politique et diplomatique, a été dévoilée par les médias, a-t-il dit, avant de conclure. Nous ne l'avons pas oubliée mais notre respect mutuel (...) fait que ce n'est pas notre priorité actuellement. Nous ferons le nécessaire le moment venu."

 

 

Hanife Sevinç, Andaç Hongur, Nur Asena GÜLSOY

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Turquie, Syrie, erdogan, turquie pkk, pkk syrie, YPG, Zone de sécurité au nord de la Syrie, Zone sécurisée dans le nord de la Syrie, Est de l'Euphrate, Source de Paix

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]