Le ministre turc de l'Intérieur, Soylu : la Turquie ne fera pas barrage aux migrants

Il faut être réaliste et réfléchir aux mesures à entreprendre sur le long terme.

 

Le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a réaffirmé, samedi, la volonté turque d’accueillir les réfugiés en insistant sur la nécessité de la coopération entre ces derniers et les autorités pour préserver l’ordre public en Turquie.

Au cours d’une rencontre avec les représentants d’entreprises médiatiques arabes à Istanbul, Soylu a expliqué que la Turquie a préparé un plan d’action s’articulant autour de l’immigration clandestine, l’immigration réglementée et le « plan de protection temporaire ».

Le ministre de l’Intérieur turc a assuré que son pays est confronté à « l’une des plus grandes et importantes épreuves humanitaires de l’histoire ». Il a ajouté que l’appui qu’apporte la Turquie aux réfugiés suscite le respect et la reconnaissance de plusieurs Etats.

Le responsable turc a, ainsi, indiqué qu’une grande partie de sa mission s’articule autour de la question des réfugiés. Il a affirmé, en ce sens, qu’« il est difficile de mettre un terme au flux migratoires pour deux raisons ». La Turquie est, selon lui, « un point de passage incontournable pour les migrants qui se rendent en Europe, d’autant plus que de profonds liens affectueux régissent les relations entre la Turquie et les peuples des pays voisins ». Ces liens ont engendré, au fil des années, des relations de fraternité, de cohabitation et de culture commune qui confèrent aux autorités turques plus de responsabilité en matière d’immigration.

Soylu a indiqué la présence de 3 millions 630 mille syriens sur le territoire turc qui sont concernés par le plan de protection temporaire, 300 mille autres migrants sont sous protection internationale et plus d’un millions bénéficient de cartes de séjour. La Turquie accueille sur son territoire près de cinq millions d’étrangers résidents dont environ un million à Istanbul, c’est ce qui a incité les autorités à agir selon trois axes.

Le ministre de l’Intérieur turc a rappelé que la stratégie migratoire turque a permis le retour de 335 mille réfugiés syriens dans les deux zones sécurisées du « Bouclier de l'Euphrate » et du « Rameau d'olivier ».

Soylu a également indiqué :« Nous ne pouvons ni faire barrage aux migrants, ni prévoir, rapidement, le retour de la paix au Moyen-Orient ». « Il faut être réaliste et réfléchir aux mesures à entreprendre sur le long terme », a-t-il ajouté.

 

 

Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: immigration, Turquie, migration turquie, migration europe

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]