«Priver la Turquie des F-35 réduirait sérieusement la capacité de défense de l'OTAN»

Déclaration du ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, après son entretien avec le Représentant spécial américain pour la Syrie, James Jeffrey.

 

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a prévenu que si la Turquie est privée des chasseurs F-35, les capacités de défense de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), et sa force de dissuasion seront nettement réduites.

Akar se trouve actuellement à Bruxelles où il participe à la réunion des ministres des pays membres de l’OTAN.

Depuis mercredi, il effectue un certain nombres d’entretiens bilatéraux. Il a notamment, dans ce cadre, rencontré son homologue par intérim Mark Esper et le Représentant Spécial américain pour la Syrie, James Jeffrey.

Après ce dernier entretien, le ministre turc a répondu aux questions de l’Agence Anadolu (AA).

Akar a rappelé que lors de ses entretiens avec les responsables américains, les sujets des S-400 et des F-35 ont été longuement abordés.

"Nous sommes attachés au contrat signé avec la Russie sur les S-400. En d’autres mots, cette affaire est finalisée", a-t-il d’abord répété.

Concernant la menace américaine de ne pas livrer les chasseurs F-35 à la Turquie, alors qu’elle fait partie du programme de production de cet avion, le ministre turc a déclaré :

"Empêcher notre participation au programme F-35 n’est ni dans l’intérêt des Etats-Unis, ni de l’OTAN. La Turquie n’est pas seulement un client, elle fait partie du programme et fabrique certaines pièces de l’avion."

Et de poursuivre : "Il s'agit d'un accord commercial. Nous défendrons jusqu'au bout tous nos droits à tous les niveaux".

Au sujet des relations Turquie-Etats-Unis, Hulusi Akar a exprimé une nouvelle fois qu’Ankara veut une relation basée sur le respect mutuel et l’amitié.

"Priver la Turquie des F-35 réduirait sérieusement la capacité de défense et la force de dissuasion de l'OTAN", a-t-il cependant affirmé.

"Le chasseur F-35 et la sécurité du programme sont aussi importants pour la Turquie qu'ils le sont pour notre allié stratégique américain", a-t-il ensuite conclu, rappelant qu’Ankara propose à Washington la création d’un groupe de travail sur le sujet des S-400.

 

 

 

Sarp Özer, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: États-Unis, otan, Turquie, Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar, chasseurs F-35

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]