«Ankara ne pourra rester silencieuse si le régime syrien attaque encore les positions turques à Idleb»

Le Chef de l'Etat turc a exprimé la perte de patience de la Turquie face aux agissements du régime de Bachar al-Assad.

 

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a mis en garde le régime syrien concernant les attaques qui visent les positions turques dans la zone de désescalade d’Idleb, affirmant qu’Ankara ne pourra rester silencieuse si elles devaient se poursuivre.

Le Chef de l’Etat turc a donné une conférence de presse, vendredi, avant de prendre l’avion qui va l’emmener au Tadjikistan.

Il a répondu aux questions des journalistes et a commenté les derniers développements dans la région, notamment en Syrie.

Le Président Erdogan a d’abord voulu revenir sur les tirs des forces du régime syrien contre des points d’observation de l’armée turque dans la zone de désescalade d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Il a mis en garde le régime de Damas.

"Si le régime syrien continue de tirer sur nos positions et points d'observation (à Idleb), nous ne pourrons plus rester silencieux", a-t-il lancé.

Ankara mène d’intenses discussions avec Moscou pour imposer un respect total du cessez-le-feu en vigueur à Idleb, alors que le régime continue de l’ignorer et de le violer.

Depuis plusieurs semaines, les forces de Bachar al-Assad bombardent intensément la région d’Idleb, massacrant de nombreux civils et innocents.

"Nous ne pourrons pardonner plus longtemps et rester silencieux si les attaques au phosphore se poursuivent dans la région. Nous ne sommes pas insensibles à l’appel de la population", a-t-il ensuite assuré.

Toujours sur la Syrie, le Chef de l’Etat turc est également revenu sur le cas de Manbij, ville occupée par les terroristes du YPG/PKK, soutenus par les Etats-Unis.

Ankara et Washington ont élaboré une feuille de route pour le retrait des terroristes de la ville, mais le calendrier n’est absolument pas respecté.

Ankara perd patience.

"Concernant Manbij, notre allié stratégique, les Etats-Unis, n'a pas respecté ses engagements. Mais cela ne signifie pas que nous allons ignorer cette question. Nous préservons nos plans en fonction de cela."

Par ailleurs, le Président Erdogan s’est exprimé sur la question chypriote, répondant aux demandes de certains pays quant à une réduction des soldats turcs basés dans la République Turque de Chypre Nord (RTCN).

"Il n'est pas question que nous réduisions le nombre de nos soldats à Chypre-Nord. Nos soldats y sont au nombre nécessaire, et nous n'avons pas besoin de l'aval de tiers pour cela, que cela se sache", a-t-il insisté.

Pour finir, et avant de prendre l’avion, Recep Tayyip Erdogan a répondu à quelques questions relatives au nouveau scrutin local pour Istanbul qui aura lieu le 23 juin.

 

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]